Skip to content

À L’OMBRE DES POUBELLES :

Quarante ans plus tard, Hardy-çon l’ordure assassine satisfaite,

en compagnie de sa nouvelle équipe de branques médiateux.

Publicités

NOUVELLE MISE EN SOMMEIL DU BLOG

Lorsque j’ai rouvert le présent blog en décembre 2016, c’était dans le but de diffuser des informations sur la mort de David Hamilton et, plus encore, de dénoncer ses minables accusateurs publics ou justiciers anonymes. Enfin, de défendre post mortem son honneur, son talent, sa mémoire.

C’est alors… c’est ainsi que, sang chaud, Sancho Pança pensa à remettre à l’heure les pendules, aux aiguilles affolées, des dites « actualité » et « opinion publique », à l’aune de quelques vérités premières ou du simple bon sens.

Ceci en relation directe avec le blog En Défense de David Hamilton :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/

À ce jour, soit huit mois après — la publication de plus d’un article sur l’Affaire Flament-Ardisson, l’édition de deux brochures et d’un livre en relation directe avec ce pitoyable et aberrant « fait-divers » étant passées par là — je pense qu’il est temps, du moins pour mon cas, de remettre mon blog Lequichotte en sommeil.

Plus ou moins achevés, j’ai des ouvrages qui, pour certains depuis si longtemps et pour d’autres de moins en moins patiemment, attendent leur publication.

Mais ça sera sans oublier David Hamilton et le « cas d’école » du lynchage médiatico-politique de l’un des plus grands photographes de notre temps, malgré son temps, et au final contre son temps.

Notre temps, sinistre époque, lamentable décrépitude. Monde à l’envers.

Et c’est ainsi que pour clore tout à fait — autre aspect encore des travers de la « modernité » et du « progressisme » dudit « monde contemporain » — je voudrais dire que je ne félicite pas certaines personnes qui tout en dénonçant la dictature médiatique, la propagande médiatique, la bassesse des médiocrates, n’ont pas daigné simplement accuser réception des ouvrages ci-dessus évoqués et à eux envoyés.

Mais on comprend mieux quand on constate que, depuis, certaines ou certains, sur le modèle du « contestataire officiel » Onfray ou du « rebelle petit-blanc » Zemmour, finissent par se fourvoyer au cœur même de la décadence et des ordures, en compagnie d’engeances médiatiques putrides.

CITATION

« Car, il faut le répéter, — vu que je l’ai déjà dit : les affaires politiques se passent entre un très petit nombre de gens ; — le gros du pays, la foule obéit à des impressions, à des élans, à des paniques, — attend l’issue de la bataille pour prendre parti, attend qu’il y ait un vainqueur pour choisir son allié. »

Alphonse Karr in Les Guêpes n°47 (Nice, le 18 septembre 1859, page 7).

À MÉDITER

Parmi les divers sens du verbe « méditer [quelque chose, ou quelqu’un] », on rencontre ceux où :

1/ l’objet désigne une activité mentale, soit : soumettre à une longue et mûre réflexion, approfondir, réfléchir à ; « méditer une pensée, une vérité » ;

2/ l’objet désigne une œuvre ou un auteur, soit : étudier la pensée, la manière, le style, le contenu (de) ; « méditer Balzac » ;

3/ (vieux) l’objet désigne une œuvre ou entreprise quelconque à accomplir, soit : préparer par une longue et mûre réflexion ; « méditer un voyage, un ouvrage, une solution » ;

4/ l’objet désigne une production de l’esprit, soit : élaborer ; « méditer une lettre, un sujet, une harangue, une tragédie, le livre de sa vie ».

Autant de « raisons » d’accorder quelque crédit à méditer le beau (ou mieux encore : le Beau).

Le petit lexicographe, bien aidé par le Trésor de la Langue française et le (vieux) Littré.

27 juillet 2017: petite lettre à Phrère Jac, écrivain situationniste, pour le 60e anniversaire du situationnisme

à lire sur le Blog en Défense de David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/07/27/27-juillet-2017-petite-lettre-a-phrere-jac-ecrivain-situationniste-pour-le-60e-anniversaire-du-situationnisme/

LE POLAR DU « PETIT JUGE », MEILLEURE VENTE À VENIR DES ROMANS DE PLAGE ?

Il appert donc bien (selon son entourage) que le « petit juge » Lambert a décidé de se suicider quand il a appris, ou entendu le matin même de son passage à l’acte, des journalistes de BFM TV donner des extraits du contenu dudit « carnet secret » du juge Simon (fort acerbe vis-à-vis de son jeune pair d’alors), pièce faisant partie du présent dossier d’instruction de l’Affaire Grégory, version 2017.

Il se voyait à nouveau en victime expiatoire de tous les errements judiciaires et médiatiques planant au-dessus de cette affaire qui n’en finit pas de dire et de redire son interminable échec patent et collectif. Manifeste.

Les derniers errements, qui finalement ne semblent choquer personne, sont justement ceux de BFM TV qui ne pouvait connaître cette pièce du dossier, et qui devait encore moins en rendre publics des extraits avant tout procès, si finalement procès il y a un jour.

On ne sait qui a organisé la fuite, mais on sait tous qui l’a répercutée.

Tout est normal, Business Fouille Merde a fait son (sale) boulot, le « petit juge » s’est suicidé (à la manière dont il a suicidé le héros de son dernier polar qui est actuellement prêt à l’édition), et certains anonymes le critiquent encore post mortem.

Avec BFM non seulement « voix de son maître » (la finance mondialiste) mais chaîne de télévision totalement irresponsable, comme au jour de la prise d’otages de l’Hyper-Casher (Affaire Coulibaly) où elle donnait à tout venant des informations préjudiciables aux otages.

Le juge Lambert a fourni trois ou quatre lettres d’explication à son entourage. Et les gazettes annoncent que la sortie de son dernier livre est avancée d’octobre à août. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. En voilà d’un formidable procédé publicitaire, un moyen judicieux de se faire de l’argent pour son éditeur, le suicide « médiatisé » et au meilleur moment, de son auteur ! La boucle est bouclée. Fermons le ban.

Tout est normal, tout est dans le cours normal du minable temps contemporain, cette même, et immuable depuis quelques décennies, course au néant qui encouragea la diffamation, l’insulte, le lynchage médiatique et pour finir la mort, ici aussi, de David Hamilton le 25 novembre dernier.

DEUX CITATIONS

Une réalité plus que jamais affirmée, bien énoncée et bien condensée par Paul Rassinier dans son livre Ulysse trahi par les siens, édité en 1961 :

… à une époque où la littérature et le journalisme sont devenus le monopole des ratés du bac et des métiers académiques et où, par voie de conséquence, on compte sur les doigts d’une seule main les écrits qui survivent à la période de leur lancement publicitaire …

… on sait que, jamais un peuple ne choisit son gouvernement : dans tous les pays du monde, l’opinion publique est faite par les journaux et les journaux – comme la radio – appartiennent à ceux qui possèdent l’argent.

* Dans tous les pays du monde… dit démocratique, de « démocratie représentative »… Ajoutons y cinéma, télévision et une partie d’Internet. Les media audio-visuels de masse en général. (J.-P.F.)