Skip to content

HARDIS SONT LES CONS !

10 mai 2018

 

Les gazettes nous annoncent que le plagiaire et insulteur télévisuel professionnel HARDIÇON, multirécidiviste en tous ces domaines, a été contrôlé samedi 5 mai avec plusieurs grammes de cannabis sur lui alors qu’il se trouvait à la gare du Nord à Paris en provenance de Londres.

Il lui en aurait coûté cinquante euros d’amende, une broutille pour ce pauvre type qui a tous les tics et l’absence d’éthique du bobo soixante-huitard, combien même il se prétend monarchiste. Et en plus, le regard à la fois mauvais et condescendant (très bas) de celui qui se reconnait un droit naturel de « moraliste à la page ». Histrion propagandiste des tares de la pensée et des basses pratiques branchées.

MSN.COM qui rapporte cette information, ce fait divers, semble s’amuser, disant qu’« entre l’homme en noir [sic] et le cannabis, c’est une longue histoire d’amour qui remonte aux années 70. Lorsqu’il travaillait en tant que publicitaire, Thierry Ardisson avait en effet un petit rituel pour trouver des slogans-chocs, comme il l’avait confié au magazine Playboy en mars 2017 […] Un bain, un pétard, un concept. « Lapeyre, y’en a pas deux ! » »

Un concept, bonne Mère ! mais alors comme on dit « conceptuel » en parlant de l’absence de tout art. Un vulgaire slogan publicitaire, de la réclame à deux balles, d’un ‘Vas-y Waza » vaseux à Lapeyre de quoi, donc ? Sauf que chez lui effectivement, y en a pas deux, ni même une seule.

Trop facile d’insulter sur le petit écran, bien au chaud et très entouré en sa coterie, l’homme, le pauvre homme déjà mis à terre et qui plus est innocent. Hardis sont les cons, mais toujours loin des vrais dangers et des bonnes baffes à prendre sur l’air en retour de « T’es qu’un branque ! connard ! »

Publicités

From → divers

Commentaires fermés