Aller au contenu principal

Affaire David Hamilton : un DOCUMENT EXCLUSIF qui nous change des promesses jamais tenues au milieu d’un océan de lâcheté

13 mars 2018

Publié le 13 mars 2018 par defensededavidhamilton

***

Le blog « En défense de David Hamilton » s’est procuré indépendamment, et a le plaisir de publier aujourd’hui, de sa propre initiative, le texte intégral de la lettre touchante adressée, sur papier à en tête de la mairie de Valognes (Manche) par M. Jacques COQUELIN, maire de cette commune française de Valognes, et conseiller départemental, en date du 3 novembre 2016.

Et donc bien avant la mort de David Hamilton, cette lettre a été adressée au journal « Elle » (publication qui s’est illustrée exclusivement en faveur de Flavie Flament lors de la campagne de presse qui a pris pour cible l’immense et inoubliable photographe britannique).

Le journal « Elle » n’a pas daigné publier dans ses colonnes la lettre d’un élu de la République française, alors que cet élu faisait admirablement part de sa défense de Madame Catherine Lecanu, une femme dont la réputation a été ternie dans la France entière (tout comme celle de David Hamilton) par des allégations aussi graves qu’improuvables !

Et David Hamilton, pensant peut-être qu’il n’était défendu par personne, s’est (peut-être…) suicidé le 25 novembre 2016. A moins qu’il n’ait été assassiné.

Or, le blog « En défense de David Hamilton » pense, et sera un jour ou l’autre en mesure de prouver, bientôt, et témoignages à l’appui, que les accusations portées contre  David Hamilton sont loin de faire l’unanimité y compris dans des milieux de la presse et de la télévision françaises, au plus haut niveau.

Le blog « En défense de David Hamilton » s’étonne toujours du fait que les intellectuels français, ou présumés tels, n’aient pas le courage de défendre EN PUBLIC David Hamilton, y compris quand ils le défendent en privé.

Le blog « En défense de David Hamilton » s’honore d’avoir été et d’être à la première ligne du combat. Le blog « En défense de David Hamilton » s’honore de ne pas faire partie des lâches et des faiseurs de promesses qui, ensuite, ne les tiennent pas.

Le blog « En défense de David Hamilton » appelle les langues à se délier, le blog « En défense de David Hamilton » attend des témoignages en sa faveur, le blog « En défense de David Hamilton » attend que la vérité se fasse et de voir qui, à part Roland Jaccard,  a les couilles de le défendre publiquement.

le blog « En défense de David Hamilton », considérant qu’un homme est mort, s’attendrait à ce que les intellectuels qui reçoivent et lisent le livre sur David Hamilton qui leur a  été offert, aient au moins l’amabilité d’en parler sur leurs blogs et / ou d’en accuser bonne réception, ce qui représenterait une correction minimale.

Le texte de cette lettre sera publié, dès aujourd’hui, également sur le blog de mon ami et éditeur Jean-Pierre Fleury, docteur en sociologie.

*

Lettre adressée par M. le maire de Valognes au journal « Elle », qui n’en a pas seulement accusé bonne réception.

*

Valognes, le 3 novembre 2016.

Madame la Directrice,
Si je suis aujourd’hui Maire de la petite ville de Valognes dans la Manche (7165 habitants), fonction que j’occupe depuis 2008 et qui confère une certaine crédibilité à mon propos, c’est en simple citoyen que je veux réagir à l’article paru dans l’édition du 14 octobre 2016 de votre hebdomadaire, en page 105, sous le titre « Flavie FLAMENT, La Mémoire vive ».

Je ne vous surprendrai pas en affirmant qu’il m’est évidemment impossible de m’exprimer sur les faits délictuels rapportés dans cet article puisqu’ils sont censés avoir été commis à huis clos et bien loin de mon territoire, mais je dois avouer que certains propos tenus à l’égard de Monsieur et Madame LECANU, Parents de Flavie FLAMENT, m’ont particulièrement choqué et ému.

L’interview que vous a accordée l’animatrice de radio dépeint en effet un environnement familial particulièrement sombre, digne des Misérables de Victor HUGO, bien loin de celui que j’ai vécu à leurs côtés durant les années 80.

Il me faut vous dire qu’avant d’embrasser la modeste carrière politique locale qui est la mienne, j’ai exercé les fonctions de Président du club amateur de football Valognais dont l’entraineur n’était autre que Jean-Paul LECANU, le Papa de Flavie aujourd’hui hélas décédé.

Nos relations étroites nous ont donné la chance de nous côtoyer au quotidien durant de nombreuses années, ma situation personnelle de célibataire me donnant à l’époque le loisir de partager leur vie familiale en de très nombreuses occasions.

Jean-Paul qui n’exerçait pas la profession d’éleveur de chevaux comme je l’ai lu ici où là, mais la supposée moins valorisante mais tout aussi respectable activité de cheminot, avait comme son épouse Cathy une admiration sans borne pour leurs trois enfants qu’ils ont élevés et éduqués avec amour dans le respect des valeurs de partage, de travail et de tolérance.

Je comprends que l’article ne fait que reprendre les propos tenus par Flavie FLAMENT, mais il me semble parfaitement injuste de mettre en cause la probité de ses Parents et il me fallait vous le dire ne serait-ce que par respect pour la mémoire de mon Ami et pour soulager la détresse d’une mère humiliée.

En écrivant ces quelques lignes, mes yeux se mouillent en pensant à tout ce que j’ai vécu avec Jean-Paul, Cathy et leurs enfants, à la complicité qui régnait alors dans leur foyer et qui respirait le vrai bonheur d’une famille simple et unie.

Les temps ont changé, la notoriété a fait son œuvre avec ce qu’elle peut avoir de bon et de merveilleux mais aussi peut-être ce qu’elle a de plus abjecte à mes yeux : la cupidité.

Il me fallait vous le dire afin que vous pensiez aux conséquences que les mots peuvent avoir lorsqu’ils sont utilisés sans retenue et sans contrôle, que vous preniez conscience de la souffrance d’une maman qui élève encore aujourd’hui des enfants en difficulté, avec un courage exemplaire, une fougue et une abnégation sans faille. Je sais pouvoir compter sur votre professionnalisme et l’excellente réputation de votre parution pour lui permettre de laver son honneur bafoué.

Vous remerciant vivement par avance de l’accueil que  vous réserverez à cette missive exclusivement motivée par la volonté de de rétablir la vérité, je vous prie de croire, Madame la Directrice, en mes très respectueuses salutations.

M. Jacques COQUELIN

Monsieur le Maire de Valognes,

Hôtel de Ville – Place Général de Gaulle

B.P 301 – 50700 VALOGNES

Tél. : 02.33.95.82.00 – Fax : 02.33.40.49.69

e-mail : contact@mairie-valognes.fr

Publicités

From → divers

Commentaires fermés