Skip to content

D’Abel Bonnard à David Hamilton en passant par Jean d’Ormesson, Louis Henri Jean Farigoule et Johnny, propos sur la variabilité des « dignités » et « indignités » nationales

7 décembre 2017

Publié le 7 décembre 2017 par defensededavidhamilton

 

***

pour l’article avec ses illustrations, c’est ici :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/12/07/dabel-bonnard-a-david-hamilton-en-passant-par-jean-dormesson-louis-henri-jean-farigoule-et-johnny-propos-sur-la-variabilite-des-dignites-et-indignites-nationales/

***

Jean d’Ormesson (qui va avoir droit me dit-on à un hommage national aux Invalides), que je n’avais personnellement rencontré qu’à une seule reprise, vers 1986 ou 1987, à l’époque où je collaborais à la Nouvelle Revue de Paris, avait été élu, en 1973, à l’Académie française dont il était le doyen d’âge.

D’Ormesson occupait le fauteuil n° 12, celui d’Abel Bonnard (1883-1968) – fauteuil qui avait cependant été attribué à Louis Henri Jean Farigoule (mieux connu comme Jules Romains) en 1946, après la seconde guerre mondiale. Abel Bonnard avait en effet été condamné en 1945 pour « indignité nationale », une peine remise à l’ordre du jour spécialement pour lui.

Lors de l’absolution judiciaire d’Abel Bonnard, à Paris, en 1960, François Mauriac s’était vivement inquiété dans Le Figaro à l’idée que son ancien ami Abel Bonnard (désormais absous de cette accusation « d’indignité nationale ») ait été en droit de venir réclamer, à Jules Romains ce douzième fauteuil. Mais Abel Bonnard n’avait plus aucune envie du tout de vivre en France, il était donc reparti pour Madrid où il était décédé, le 31 mai 1968.

Marie Merdrignac, dans Ouest France, aujourd’hui, consacre un article à l’Académie française. Elle y écrit que le fauteuil n° 12, celui qu’occupait encore récemment Jean d’Ormesson, serait « vacant ». C’est bien évidemment une erreur, quiconque connaît un tant soit peu l’Académie française sait que la vacance de ce fauteuil n’a évidemment pas été déclarée.

En revanche, la vacance du fauteuil de René Girard a été déclarée, elle, et l’élection aura lieu la semaine prochaine, le 14 décembre ( http://academie-francaise.fr/actualites/candidatures-au-fauteuil-de-m-rene-girard-f37-5  ).

Je présenterai ma candidature du 14 décembre 2017 sous le signe de David Hamilton, dont la mort n’a certes pas suscité (comme pour Jean d’Ormesson et même Johnny) d’hommage national, ou de proposition de deuil national. Je trouve cela fort dommage, personnellement.

En attendant de me représenter peut-être Quai de Conti lorsque le fauteuil de Jean d’Ormesson sera déclaré vacant, dans un an (sans doute au début de 2019).

 

Publicités

From → divers

Commentaires fermés