Aller au contenu principal

« Advice to little girls » (Mark Twain) : aïe aïe aïe que Madame Flavie Michu Michue va-t-elle pas encore libérer sa parole?

1 décembre 2017

Publié le 1 décembre 2017 par defensededavidhamilton

 

pour l’article illustré, c’est ici :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/12/01/advice-to-little-girls-mark-twain-aie-aie-aie-que-madame-flavie-michu-michue-va-t-elle-pas-encore-liberer-sa-parole/

 

***

Le prochain qui va avoir (ou pourrait avoir) des problèmes (pour le sac de plastique, c’est trop tard, il est déjà mort), le prochain dont des sans oeuvre vont déclarer vouloir rendre l’œuvre infréquentable, c’est (qui sait?)  Samuel Langhorne Clemens, né le 30 novembre 1835 à Florida dans le Missouri (États-Unis) et mort le 21 avril 1910 à Redding, Connecticut (États-Unis), dit Mark Twain.

Parce que voilà, en 1908, il a dit par exemple ceci : “I suppose we are all collectors… As for me, I collect pets: young girls — girls from ten to sixteen years old; girls who are pretty and sweet and naive and innocent — dear young creatures to whom life is a perfect joy and to whom it has brought no wounds, no bitterness, and few tears.1

Et le grand écrivain se faisait photographier avec des jeunes filles, Madame Michu! Il jouait aux cartes ou au billard avec!

Et son livre, « Advice to young girls » ! Avec des illustrations d’un Vladimir en plus (mais non, c’est pas Nabokov!)

Bref, la chasse aux « sorciers » continue. Ou encore, elle ne fait que commencer.

Curieuse, vraiment,  cette propension à vouloir faire correspondre le passé aux dogmes moraux du présent…2

Si l’opération était menée, il faudrait jeter aux flammes pratiquement toute la littérature, la poésie, la peinture, la sculpture et la photographie du passé…3

Et dans les écoles, on apprendrait que la littérature française a commencé avec Madame Michu. Flavie Michu.Michue en écriture « inclusive ».4

***

Notes de moi (J.-P. F.)

1 – Soit en français quelque chose comme : Je suppose que vous êtes tous collectionneurs… pour ce qui est de moi, je fais la collecte de chouchoutes : des jeunes filles – filles entre dix et seize ans ; filles qui sont mignonnes et douces et naïves et innocentes – chères jeunes créatures pour qui la vie est joie parfaite et à qui il n’est advenu aucune blessure, aucune amertume et peu de larmes.

2 – Passé jugé pourtant rétrograde, réactionnaire, victorien. Éclatante époque victorienne à l’avant-garde du capitalisme, qui vit 1/ l’explosion de l’industrie et de la finance, la multiplication d’innovations techniques, son lot de déshumanisation des classes laborieuses et de contestation sociale violente ; 2/ l’éclosion éphémère de pseudo-sciences humaines (tels le darwinisme social, dont le chantre français fut Zola, la phrénologie et la physiognomonie à la Lombroso qui « reconnaissait » les criminels à leur tête et dénonçait l’antisémitisme comme une pathologie) ; 3/ le tout dans une atmosphère de puritanisme à faux-culs et à poufs, et d’hypocrisie anglicane exacerbée. Ce qui n’est pas sans certaines analogies, sur les trois points, avec l’ère sarkhollando-macronienne.

3Une bonne part de l’art religieux y compris.

4 – Ou plus précisément, selon le canon en vogue de ladite écriture « inclusive » après avoir connu ceci pendant des années : Michu(e) : Michu·e avec un « point du milieu » ou « point central » que l’on ne trouve que dans les caractères spéciaux ; effectivement, c’est assez spécial !   Pauvre monde décati ! Et borné… Pauvr géni humain (sans ‘e’ puisque masculin, hein ! c’est bien ça ?). Au fait, pour de vrai, vous connaissez le féminin de « génie » ? Non, et bien il paraît que c’est « génisse ».

Publicités

From → divers

Commentaires fermés