Skip to content

LE POLAR DU « PETIT JUGE », MEILLEURE VENTE À VENIR DES ROMANS DE PLAGE ?

25 juillet 2017

Il appert donc bien (selon son entourage) que le « petit juge » Lambert a décidé de se suicider quand il a appris, ou entendu le matin même de son passage à l’acte, des journalistes de BFM TV donner des extraits du contenu dudit « carnet secret » du juge Simon (fort acerbe vis-à-vis de son jeune pair d’alors), pièce faisant partie du présent dossier d’instruction de l’Affaire Grégory, version 2017.

Il se voyait à nouveau en victime expiatoire de tous les errements judiciaires et médiatiques planant au-dessus de cette affaire qui n’en finit pas de dire et de redire son interminable échec patent et collectif. Manifeste.

Les derniers errements, qui finalement ne semblent choquer personne, sont justement ceux de BFM TV qui ne pouvait connaître cette pièce du dossier, et qui devait encore moins en rendre publics des extraits avant tout procès, si finalement procès il y a un jour.

On ne sait qui a organisé la fuite, mais on sait tous qui l’a répercutée.

Tout est normal, Business Fouille Merde a fait son (sale) boulot, le « petit juge » s’est suicidé (à la manière dont il a suicidé le héros de son dernier polar qui est actuellement prêt à l’édition), et certains anonymes le critiquent encore post mortem.

Avec BFM non seulement « voix de son maître » (la finance mondialiste) mais chaîne de télévision totalement irresponsable, comme au jour de la prise d’otages de l’Hyper-Casher (Affaire Coulibaly) où elle donnait à tout venant des informations préjudiciables aux otages.

Le juge Lambert a fourni trois ou quatre lettres d’explication à son entourage. Et les gazettes annoncent que la sortie de son dernier livre est avancée d’octobre à août. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. En voilà d’un formidable procédé publicitaire, un moyen judicieux de se faire de l’argent pour son éditeur, le suicide « médiatisé » et au meilleur moment, de son auteur ! La boucle est bouclée. Fermons le ban.

Tout est normal, tout est dans le cours normal du minable temps contemporain, cette même, et immuable depuis quelques décennies, course au néant qui encouragea la diffamation, l’insulte, le lynchage médiatique et pour finir la mort, ici aussi, de David Hamilton le 25 novembre dernier.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés