Skip to content

O France macronienne, mère des arts, du meilleur et de la merveille!

2 juillet 2017

DU BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/07/02/o-france-macronienne-mere-des-arts-du-meilleur-et-de-la-merveille/

***

Simone Veil, l’Elue.

Les points communs entre Simone Veil et David Hamilton, si toutefois il y en a, quels sont-ils? Voilà la question que je veux me poser, ce matin. Chose bien logique, au fond, puisque je viens de consacrer deux livres à David Hamilton et que, par ailleurs, la merveilleuse presse française s’étend longuement, depuis hier, sur le décès de l’immortelle Simone Veil (immortelle, dis-je, en me référant à l’expression académique puisque je fus candidat le 20 novembre 2008 au fauteuil du politicien Pierre Messmer où elle fut, naturellement si je puis dire, élue: http://www.academie-francaise.fr/actualites/candidature-au-fauteuil-de-m-pierre-messmer-f-13-0).

Ma foi, tous deux étaient âgés (David Hamilton est mort à 83 ans, Simone Veil à 89); fort connus à leur époque, ils sont morts tous deux dans la ville de Paris. Y a-t-il beaucoup d’autres points communs entre eux? Je confesse que, au moins pour l’heure, je n’en vois pas. En revanche, je vois hélas ce qui les distingue.

Aucunes funérailles pour David Hamilton.

David Hamilton est mort (« suicidé », c’est la version officielle, « avec la porte ouverte », un mois après avoir dit craindre pour sa vie et quelques jours après avoir été ignominieusement insulté à la télé et sur les « réseaux sociaux »).

On ignore tout, au moins officiellement, de ses funérailles. Voilà un mort sans tombe… Pour ainsi dire, à sa mort, pas de déclarations en sa faveur.

Simone Veil panthéonisée?

Voilà donc un grand artiste et une politicienne, deux personnes que je serais pour ma part incapable de comparer l’une à l’autre mais qui sont indéniablement mortes au même âge, et dans la même ville de Paris.

Pourtant leur mort a suscité dans un cas – celui de David Hamilton – une absence totale de réactions. Et dans l’autre, celui de Veil, un véritable déluge lacrymal de réactions (le premier ministre italien, Gentiloni, vient même – c’est profondément  grotesque ! imbécile! hilarant!  – de la confondre avec la philosophe Simone Weil).

Le « meilleur de la France ».

Le président Macron vient quant à lui de déclarer que l’exemple de Simone Veil incarnait « le meilleur de la France ». Voilà une déclaration qui mérite peut-être, selon moi, que l’on s’y arrête.

Non pas que je pense être, pour ma part, un spécialiste de la France, pays dont j’ai obtenu la citoyenneté malgré moi, simplement par « rattachement » et parce que ma mère avait été elle-même obligée, contre son gré aussi, de devenir « Française ». Je ne me sens pas Français, je n’ai jamais voté, j’ai eu le bonheur de ne fréquenter ni l’école française, ni les casernes françaises, ni les isoloirs français. Merci pour moi. Cela dit, je possède un cerveau et je m’étonne un peu de cette merveilleuse formule: quelqu’un (ici, selon Macron, Veil) peut donc « incarner le meilleur de la France »? Une incroyable merveille, cette nouvelle!

O Merveille! Formule merveilleuse mais quelque peu étrange, me semble-t-il, ce superlatif relatif de « bon », dans un pays qui a pour devise, si mes souvenirs sont exacts, « liberté égalité fraternité ». Il y aurait donc des « Français(es) » qui « incarnent » le « meilleur » de « la France »!

Qui en est juge, au fait? Big Macron en personne? Qui le lui a dit? S’agit-il ici – comme je crois – d’un avis personnel de Big Macron, et pas encore de quelque chose que le vulgaire est législativement obligé de penser, de dire et de répéter en choeur?

Et si Veil incarnait le meilleur de la France, Big Macron peut-il aussi me dire qui incarne le bien de la France, qui incarne le moins bien de la France, qui incarne (horresco referens) le pire de la France?… Des noms! Des noms!

Je pensais que la mort, c’était l’égalité parfaite. Je pensais  que tous les morts étaient de braves types. Ou mieux encore, j’espérais qu’il en allât ainsi. Hélas, il n’en va pas ainsi…

Et voilà Big Macron, le spécialiste du « meilleur ». Il y a quelques mois, il déclarait : «Comme De Gaulle, je choisis le meilleur de la gauche, le meilleur de la droite, et même le meilleur du centre» (  http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/04/17/macron-a-bercy-comme-de-gaulle-je-choisis-le-meilleur-de-la-gauche-le-meilleur-de-la-droite-et-meme-_1563330  )…

Voilà donc un monsieur qui sait où est le meilleur! Il sait où est le meilleur à droite, il sait où est le meilleur à gauche, il sait où est le meilleur au centre, il sait quels vivants et quels morts(e)s incarnent « le meilleur de la France ». Où Big Macron ne peut-il donc dénicher « le meilleur »?… Voilà décidément un homme à la pensée prodigieuse! Une merveille, un homme pareil !

Et si l’on comprend bien, et comme je l’ai écrit fort souvent dans une infinité d’articles (parfois repris sur d’autres blogs, voir par exemple, sur le blog de Sébastien Guillet : http://sebguillet.fr/2017/mort-david-hamilton-qui-profite-crime/), si à en croire Big Macron quelque chose ou quelqu’un « incarne » le « meilleur » de la « France », et si l’on considère que pour ainsi dire aucun journaleux n’a consacré un seul article favorable ou ému à David Hamilton, qu’aucun politicien ou politicard ne l’a jugé digne d’une réaction, et que personne n’a proposé d’inhumer ce grand artiste au Panthéon, il me reste à comprendre qui, dans l’inconscient pipole-collectif des Français, Franchouillards et autres Céfrans, est censé « incarner » le « pire », au doux pays de France, patrie des Droits du Meilleur et du Bien absolu.

Simone l’Elue, l’Immortelle, la bientôt déifiée?

Pour Simone Veil, le pántheion (πάνθειον, « de tous les dieux »). L’église construite pour abriter la châsse de sainte Geneviève va-t-elle maintenant accueillir le cadavre de Simone? Prélude à quelque béatification?

Mais aucunes funérailles pour David Hamilton. Deux poids, deux mesures.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés