Skip to content

David Hamilton n’a nullement emporté avec lui ses crimes, et voici pour quelles raisons

6 juin 2017

Publié le 6 juin 2017 par defensededavidhamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/06/06/david-hamilton-na-nullement-emporte-avec-lui-ses-crimes/

Le journal « Gala » écrit :

Le 25 novembre dernier, quelques semaines après la sortie du livre, le photo­graphe et réali­sa­teur britan­nique s’est suicidé, empor­tant avec lui ses crimes et l’es­poir de ses victimes de le voir un jour jugé.

Trois lignes, et combien d’approximations ou d’inepties?

  1. L’acte de décès de David Hamilton indique que « la date du décès a été impossible à déterminer ». Mais à Gala, on n’a sans doute jamais consulté cet acte de décès. On continue donc, à « Gala », à le déclarer mort le 25 novembre par « suicide »…

  2. « Emportant avec lui ses crimes » est délicieux. Pour qu’il y ait « crime », il faut que la Justice ait décidé qu’il y avait eu « crime ». Or, David Hamilton n’a jamais été condamné à rien. Il est donc mort (et sa mort a éteint toute action civile) sans que la justice l’ait jamais condamné pour quelque « crime » que ce soit.

  3. En France (est-ce qu’on le sait à « Gala »?) 80 % des viols sont jugés devant les tribunaux correctionnels. Ils sont qualifiés comme « délits », pas comme « crimes ».

  4. Les « victimes » de David Hamilton n’existent tout simplement pas. Tout au plus, il s’agit de victimes présumées, ce qui n’est certes pas pareil. C’est le contraire. Mais sait-on le sens du mot « présumé » à « Gala »? Sait-on le sens des mots, à « Gala »?

  5. Ses victimes présumées (et pas « ses victimes ») n’avaient aucun espoir de « le voir un jour jugé », parce que les faits supposés étaient prescrits. Il n’a donc « emporté avec lui » AUCUN « espoir ».

Bref, David Hamilton n’a emporté avec lui ni « ses crimes », ni le moindre « espoir de ses victimes », ne serait-ce parce qu’aucun tribunal français n’a jamais désigné quiconque comme une « victime » de David Hamilton.

Conclusion.

David Hamilton a été unilatéralement accusé par Flament.

David Hamilton a été accusé – hors délais légaux – par Flament.

David Hamilton a été accusé, des dizaines d’années après des faits à la fois prescrits et parfaitement présumés (présumés par la seule accusatrice) et en outre, pour des faits qui, selon de grandes probabilités, auraient été requalifiés en délits, non en crimes. Tout avocat sait en effet que souvent, les tribunaux peuvent décréter  qu’une infraction supputée, qu’une infraction donnée ne constitue nullement un crime, mais plutôt une infraction, un délit, et que la procédure et les EVENTUELLES sanctions applicables doivent donc être adaptées en conséquence.

Et tout le reste, c’est littérature de pissotières: c’est sous-littérature de Flament.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés