Skip to content

REDITE, POUR BIEN ENFONCER LE CLOU.

14 mai 2017

Il en pense quoi Matthieu est une émission présentée chaque vendredi sur C8, par un certain Matthieu Delormeau, pitre télévisuel connu pour avoir exhibé il y a quelque temps sa « mâle » anatomie dans l’émission de l’intellectuel de premier plan Cyril Hanouna (cf. You Tube).*

C’est sans doute par le fait que cette émission de Delormeau a des côtés quasi confidentiels (audience de plus en plus réduite, évaluée à 250.000 personnes en avril, ce qui n’est rien eu égard au nombre de téléspectateurs potentiels) qu’un certain Guillaume Frisquet s’y est laissé aller dernièrement à décrire quelques travers des « stars » et « starlettes » télévisuelles ou non.

Après avoir dit le plus grand bien des animateurs (« des amours ») il s’est lâché sur les animatrices et autres « sommités » du petit monde de la variété internationale. « Les plus chiantes [sic], ce sont les filles ». Ainsi a-t-il donné en pâture quelques noms comme celui de Jennifer Lopez (multimillionnaire sortie du Bronx) qui, paraît-il, exigerait que ses chambres d’hôtel soient repeintes en blanc, y ferait changer les cuvettes des toilettes et prendrait des bains à l’eau d’Évian, etc.

Il a aussi évoqué celle dont il n’a pas dit le nom, si ce n’est en périphrase (« On va dire qu’à un moment elle a été mariée à Benjamin Castaldi.« ) et qu’il a côtoyée lorsqu’elle présentait sur TF1 le magazine Sagas, entre 2004 et 2007 :

« C’était compliqué. Quand on faisait des émissions au bout du monde, il fallait le billet en première classe sur Air France, la bouteille de champagne à je ne sais pas combien… Ça pète dans la soie et on voit où… Enfin c’est pas très bien, quoi. »

On voudrait croire que la périphrase de la malade du ciboulot qui diffama impunément David Hamilton, soit là en sorte de moquerie, ou de blâme — qui sait ?

Donc, plus on apprend de Poupette et plus on se rend compte de la médiocrité détestable, et en tous domaines, de cet entérozoaire médiatique (voir articles des mois passés).

En attendant, le vent commence à tourner pour la champagnomane de première classe. Nous renvoyant maintenant les effluves fétides et autres incongruités d’un très mauvais millésime…

* Delormeau qui, par ailleurs, ne se chauffe pas de (ou : à) n’importe quel bois, puisque la presse pipole lui prête une vie de couple en compagnie d’un certain… Dubois, un autre de la téloche. Qui se ressemble, s’assemble donc.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés