Skip to content

Correctifs à notre article : Note à propos des jeunes années de David Hamilton.

22 avril 2017

Nous voudrions apporter quelques rectifications ou précisions à l’article que nous avons consacré à certains éléments de la jeunesse de David Hamilton (article du premier avril courant).

1/ Il semble établi que la mère de David Hamilton s’appelait Leat (sans accent), qu’elle était anglaise et nullement française, comme c’eût été peut-être le cas s’il y avait eu un accent sur le « é » de son nom de naissance: Léat. Leat est un patronyme que l’on rencontre aussi bien en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, au Canada, etc. On peut donc abandonner la piste des Léat français, quand bien même la mère de David Hamilton portait deux prénoms d’aspect français : Louise et Rose ; mais ces prénoms, sous cette même forme, se rencontrent également en anglais.

2/ Le père génétique, ou pour le moins celui qui a donné son nom à David Hamilton, Archibald Hamilton, ne serait pas mort en 1933, mais il aurait disparu cette année-là sans plus jamais donner signe de vie à sa famille.

3/ Mariée à une date que j’ignore avec Archibald Hamilton (peut-être l’année qui a précédé la naissance de son fils), la mère de David Hamilton se serait remariée après la fin de la Seconde guerre mondiale.

Je ne sais au bout de combien d’années la personne déclarée « absente » est jugée divorcée de fait par la Justice britannique. En France, le délai est de dix ans minimum, avant de pouvoir obtenir la reconnaissance officielle d‘un « décès pour absence », par le Tribunal de grande instance, suite à un premier jugement constatant la « présomption d’absence«  par le juge des tutelles (Tribunal d’instance). Et donc d’un possible remariage. S’il en va de même en Grande-Bretagne, sa mère aurait pu se remarier au plus « véloce« , avant même la fin de la Guerre (1933 +10 = 1943). Ce que l’on sait est que David Hamilton a eu (au moins) une demi-sœur qui serait née après-guerre et que l’on suppose être née après ce remariage.

4/ Pour l’heure, nous ignorons la date de naissance de Louise, Rose Leat, comme nous ignorons quasi tout de son premier époux Archibald Hamilton et plus encore de son second dont nous ne savons même pas le nom, ainsi que de la demi-sœur de David Hamilton, ou même s’il y avait d’autres personnes dans sa fratrie maternelle.

En vue de recherches futures, on peut se donner des dates extrêmes :

a- Si la mère de David avait 18 ans lors de sa naissance en 1933, elle avait 40 ans en 1955, ce qu’on retiendra comme date extrême de la naissance de sa fille ; sa mère serait donc née au plus tard en 1933 – 18 (ou 1955 – 40) = 1915.

b- Si la mère de David s’est remariée dans l’immédiat après-guerre en 1945 et qu’elle a eu sa fille en 1946, à l’âge de 40 ans, elle serait née au plus tôt en 1946 – 40 = 1906.

Il semble donc que sa mère soit née autour de 1910.

Née en 1906, elle aurait eu 27 ans à la naissance de son fils ; mais née en 1915, elle aurait donc eu seulement 18 ans à sa naissance.

5/ David Hamilton et l’on suppose sa mère quittèrent Londres pendant la guerre, à cause des bombardements allemands sur la cité et/ou des difficultés d’approvisionnement. Ils se réfugièrent (sauf erreur, je ne retrouve plus ma référence) dans le Dorset, région rurale et côtière sur la Manche dont il aurait gardé une source d’inspiration liée à la nature. C’est très probablement de cette période dont Hamilton parle, lorsqu’il dit avoir été élevé pendant la guerre par une famille de lords. On peut raisonnablement penser que David, et sa mère, furent recueillis dans la même famille que celle qui l’a vu naître (voir premier article). Sa mère y étant probablement employée.

Ce séjour comme réfugiés dura moins que la guerre ; avant la fin de cette dernière, lui, sa mère et probablement les lords étant de retour à Londres.

Pour l’heure — comme déjà écrit — le mieux serait de se procurer une copie de l’acte de naissance de Leonard, David Hamilton. Ce qui n’est pas si facile depuis la France.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.