Skip to content

21 avril 2017

La campagne officielle pour l’élection présidentielle prend fin ce soir à minuit. *

L’élection présidentielle est par excellence le moment de voter selon ses convictions et de choisir le candidat dont les analyses et les propositions sont les plus justes. Les occasions d’exprimer par le vote ce que l’on pense vraiment sont rares, il ne faut pas passer à côté.

Ne vous fiez pas aux sondages et aux stratégies de vote «subtiles» qu’ils impliquent.

Le « vote utile » quant à lui, est le plus souvent un vote futile puisque sur le fond des choses, rien ne ressemble plus à « blanc bonnet » que « bonnet blanc ». Il en va de même du « vote par défaut » qui n’est nullement un vote d’adhésion à des idées, mais un vote de rejet.

Ces éléments font l’objet de manipulations et privilégient évidemment les candidats les plus médiatisés, ceux qui ont par ailleurs dépensé (ou à qui « ON » a fait don) des millions et des millions d’euros pour leur campagne.

Pas besoin d’être grand clerc pour voir qu’il n’y a présentement qu’un seul vote qui soit à la fois utile et non futile, car essentiel, bonifiant, de tournant de société et éminemment de conviction : c’est celui en faveur de François Asselineau.

Ce vote qui détonne sur la routine morose électorale courante, et sur la grisaille ambiance de politiciens totalement dépassés, de professionnels de la politicaillerie, ce va être très probablement et très largement le vote d’habituels abstentionnistes dégoûtés par les politiciens interchangeables, sans foi ni loi, larbins de la Finance et du mondialisme, et qui voient par ce vote un premier moyen d’en sortir par les urnes.

Clair et cohérent, le programme d’Asselineau n’est pas parfait (la perfection n’existe pas dans le domaine de la politique), on peut ne pas être d’accord sur tout, du moment que l’on est d’accord sur l’essentiel.

Pour le dire autrement, ce programme de remise en marche de notre pays, est de loin le plus sensé et le plus empli d’espoir, en particulier pour les couches populaires (ouvriers, employés, petits paysans, artisans, chômeurs…).

Et ceci sans être ni raciste anti-arabe et antimusulman « frontiste », ni immigrationniste angélique ou bête ou mal intentionné comme dans le quintette Artaud-Poutou-Mélenchon-Hamon-Macron. Ni autrement « démago ».

Seul François Asselineau veut rétablir pour de bon, et par des actes essentiels totalement clairs, la souveraineté populaire, l’indépendance nationale et la démocratie.

Seul François Asselineau propose un Frexit.

**Précédé de l’acte d’un déséquilibré dont il convient de ne pas accorder plus d’importance que celle d’un fait divers sanglant sans véritable connotation politique ou « terroriste ». Ne nous laissons pas abuser par la publicité démesurée faite à cet acte odieux d’un psychopathe violent « bien connu des services de police« . Seules questions d’importance : condamné à 15 ans de prison en 2005, que faisait-il dehors en 2017 ? Connu comme « cinglé » ou « fou furieux » par la police, la justice, son entourage, ses voisins, etc. n’était-il pas astreint à quelque traitement médical ?

Publicités

From → divers

Commentaires fermés