Skip to content

SUR LE BLOC EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

7 avril 2017

David Hamilton, victime de la damnatio memoriae

Un monde qui décerne le prix Nobel de la « Paix » à Barack Hussein Obama (et bientôt à Trump?),

un monde où l’on voit François Hollande décréter que les Etats-Unis ont « bien » fait d’envoyer leurs missiles sur la Syrie (alors qu’affaiblir la Syrie, c’est par ailleurs affaiblir la lutte contre l’ISIS),

un monde où des missiles des Etats-Unis (qui ont déclaré et / ou mené pratiquement toutes les guerres du XXe siècle et de celui-ci, je le rappelle) tuent des enfants innocents sous prétexte de « venger » d’autres enfants pareillement innocents,

un monde où l’ONU n’a plus aucun rôle, un monde où le président américain ne demande même plus l’avis du Congrès américain pour aller bombarder la Syrie (membre de l’ONU),

un monde où l’on répond aux « crimes de guerre » (réels ous supposés) par d’autres crimes de guerre,

un monde où les peuples (par exemple le peuple palestinien) n’ont aucun droit à l’autodétermination,

un monde où les Etats-Unis ont recommencé à jouer aux « gendarmes du monde », et ont recommencé le 6 avril, et ce ne peut être un hasard, cent ans jour pour jour avant leur entrée dans la première guerre mondiale,

un monde qui décerne le prix Nobel de littérature à un chantailleur sans voix du nom de Robert Zimmerman (dit Bob Dylan), dont les textes sont à mon avis (j’espère avoir le droit de le dire) d’une pathétique nullité,

un monde qui « protège » (contre qui, contre quoi?) des écrivaillons « fameux » mais qui n’a nullement protégé David Hamilton, 83 ans, quand ce dernier disait publiquement qu’il sentait sa vie menacée,

un monde où l’on apprend qu’en Suède plus de 150 personnes viennent de se faire volontairement implanter sous la peau un « microchip »,

un monde où la NSA espionne toutes les communicatons de tout le monde,

mais un monde où personne ne réagit plus à rien,

ce monde sur lequel souffle le vent (pour mon odorat fétide) des néoconservateurs, de la médiocrité, de l’inversion des valeurs, du puritanisme,

ce monde est un monde depuis longtemps fini.

Et que dire d’un pays qui risque d’avoir à « choisir » entre Macron et Le Pen,

pays où par ailleurs on ne sait (officiellement) encore rien, par exemple, sur les meurtres de Boulin et de Fontanet, sans parler de la fin (atroce) de Khadafi?

On est dans un monde où trop souvent le beau est appelé laid, où le mensonge est appelé vérité, où les nullités sont appelées « écrivains », tandis que les vrais écrivains et les vrais artistes, les vrais penseurs, depuis bientôt un siècle, sont méconnus, ostracisés ou vilipendés, quand ils ne sont pas assassinés – ou voués à la damnatio  memoriae.

Tout cela donne envie de se replonger dans le monde de David Hamilton.

***

Bêtise abyssale ou mauvaise foi? « David Hamilton enlevait » (sic) des petites filles de douze ans »…

Publié le 7 avril 2017 par defensededavidhamilton

Dans Libération, 18 juillet 2013, article signé Anne Diatkine.
On lit

« En 1976, le critique d’art du Figaro s’émeut «des hanches encore enfantines» et compatit à propos de «l’horrible douceur d’un enfer» vécu par David Hamilton, et avant lui par «Carroll et Nabokov», il faut quand même des garants. Cinq ans plus tard, une journaliste de Elle décrit sans malice, «Mia, 12 ans», dernière proie du «chasseur», dont elle raconte l’enlèvement à la sortie de l’école ».

Diantre… Si Madame Diatkine sait écrire, et si les mots ont un sens, David Hamilton aurait donc enlevé une petite fille du prénom de Mia, 12 ans, à la sortie de l’école…?

Et ces faits auraient été rapportés »sans malice » (?) par une journaliste du magazine Elle, cinq ans après 1976 donc en 1981 (selon Madame Diatkine).

Elle n° 1976 (1983)

Malheureusement, Madame Diatkne n’a peut-être jamais même lu l’article en question.

Je pense en effet, pour ma part, que c’est un article paru dans le n° 1976 du journal Elle. Et Madame Diatkine a confondu: elle a écrit 1981, parce que 1976 + 5 = 1981.

Mais non, chère Madame, le n° en question est de 1983, pas de 1981…

Madame Diatkine a donc vu non pas l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu (etc.), mais elle a lu un article d’une journaliste qui, toujours selon Madame Diatkine, raconterait l’enlèvement à la sortie d’une école d’une enfant de douze ans… Mais Mme Diatkine n’est pas capable d’en indiquer correctement l’année de parution. A-t-elle jamais lu l’article en question?…

Dans Le Point, en novembre 2016, une autre journaliste, cette fois, ne se trompe pas sur la date: elle indique correctement 1983, pour dater l’article dans Elle.

Lisons: « En 1983, une journaliste de Elle raconte dans un article assez grinçant que la dernière recrue du photographe britannique n’a que… 12 ans, et qu’il a littéralement enlevé la gamine à la sortie de son collège, chargeant manu militari sa bicyclette, à la vue de tous, dans le coffre de sa voiture… »

C’est ici:

http://www.lepoint.fr/people/hamilton-vous-avez-eu-les-calendriers-moi-j-ai-eu-les-filles-19-11-2016-2084161_2116.php

Et dès le lendemain (novembre 2016), plusieurs blogs reprennent « l’info », textuellement. Le blog qui suit parle « d’un » journaliste, et assure que la « dernière modèle » de David Hamilton avait 12 ans… Bref, que Hamilton n’a plus eu de modèles après 1983…

http://www.legossip.net/david-hamilton-a-journaliste-avez-calendriers-moi-jai-filles/279633/

 

Cherchez sur Google les mots, et placez-les entre guillemets : « chargeant manu militari sa bicyclette, à la vue de tous, dans le coffre de sa voiture« 

Des dizaines, des CENTAINES de sites ont recopié cette phrase, sans la moindre enquête, sans le moindre recoupement…

Je résume: un article de 1983 est cité par Libération (qui le situe en 1981) puis par Le Point, puis par des dizaines de blogs.

Il est évidemment plus que douteux que David Hamilton ait jamais « enlevé une fillette de 12 ans », « au vu de tous », « devant son école »… C’est là quelque chose que les parents, ou la police, n’auraient pas pu laisser passer. Invraisemblable.

Et donc, un écrit journalistique de 1983 déformé d’un journaliste à un autre jusqu’aux blogueurs… et à l’opinion publique…

 

Publicités

From → divers

Commentaires fermés