Skip to content

7 avril 2017

LARBINS DE L’IMPÉRIALISME OU ESPRIT LIBRE ET NON-ALIGNÉ ?

Les États-Unis viennent une fois de plus de violer les statuts de l’ONU en décidant unilatéralement de bombarder la Syrie libre, je veux dire : hors des domaines encore entre les mains du terrorisme américano-islamique. Le pantin Trump vient de renier son récent engagement à œuvrer à la paix en bonne entente avec la Russie et à se désengager des affaires intérieures de la Syrie.

Comme d’habitude, la propagande (qui ne trompe plus grand monde) évoque les armes dites chimiques. Données invérifiables et quand bien même, ne donnant aucun droit particulier d’intervenir ! Comme si d’ailleurs il était pire de mourir salement de la chimie que proprement d’une bombe « classique ». Ce pays dirigé par les gens les plus cyniques et hypocrites, près à tout et à toutes les violations des accords internationaux comme son allié objectif Israël, ce pays premier à utiliser tout un tas d’armes les plus destructrices et meurtrières qui soient, ce pays qui est en état de guerre permanent depuis des décennies (bien évidemment hors de chez lui), ce pays colonialiste et qui fut par le passé génocidaire des amérindiens n’a de leçon à donner à personne, et n’a encore moins à répondre à une supposée barbarie par une autre barbarie, et celle-là bien réelle.

Dans le concert national de la campagne présidentielle, j’ai entendu à ce propos les interventions de six des candidats.

Macron, approuve et serait partisan d’en faire encore bien plus. Là, son programme est bien net.

Fillon serait partisan de résoudre cette guerre par un accord politique on ne sait trop entre qui et qui.

Hamon de même, est pour un accord politique, à cette nuance près qu’il demande une résolution de la guerre par l’éviction dudit régime d’El-Assad !

Mélenchon vaseux a mis le compte de l’intervention américaine sur le dos de Merkel !

Le Pen a évoqué, et c’est tout, les leurres et les mensonges nord-américain pour justifier de la guerre déjà contre l’Irak.

Les trois premiers sont objectivement les petits toutous de l’impérialisme. Et les deux derniers me semblent bien timorés et un peu courts.

Par contre, Asselineau, nettement plus complet et cohérent, a été le seul a clairement dénoncer l’illégalité de l’action américaine et son irresponsabilité, rappelant les propagandes diverses passées pour justifier « moralement » de telles interventions. Il approuve l’attitude russe ainsi que la prudence chinoise. Et a rappelé encore une fois que s’il était élu, donc si la France quittait ladite Union Européenne et l’OTAN, il respecterait scrupuleusement les statuts de l’ONU dans un esprit non-aligné et de détente. Et d’indépendance nationale. Enfin, pour être complet, il a dénommé Trump, « le Tsipras américain ». Tsipras, ce premier ministre grec, à la fois ami de Macron et de Mélenchon, qui a organisé un référendum sur la dette publique grecque, sur lequel il s’est assis, pour signer un accord avec les créanciers de la Grèce. Assis comme la majorité des députés de droite et de gauche français suite au référendum de 2005 d’ailleurs.

Advertisements

From → divers

Les commentaires sont fermés.