Skip to content

28 mars 2017

MES RÉFLEXIONS SUR L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE (suite).

Bizarrement vis-à-vis de Fillon le catho je n’ai pas grand chose à dire, si ce n’est que lui aussi fait partie de ses candidats ambigus comme Hamon l’ancien élève du Cours Sainte-Marie de Hann de Dakar « établissement qui a été déterminant » dixit, mais aussi le frère trois points Mélenchon et la millionnaire sioniste Le Pen. Et je n’épiloguerai pas sur ses déboires judiciaires qui sont à l’avenant de toute une classe politique à bout de souffle et en état de décomposition morale avancée.

Juste à dire (ce n’est pas moi qui l’affirme mais les auteurs « bien informés » de deux ou trois livres récents) qu’il est la victime de la bande politico-judiciairo-médiatique maffieuse à Hollande dit « le président normal et l’ennemi de la finance », comme à un degré moindre Valls (dont l’entourage a subi lui aussi des assauts élyséens il y a quelques mois). Valls hors course ad vitam æternam, à moins qu’il ne se retrouve à nouveau ministre dans quelque temps, qui sait si par malheur l’inculte, médiocre, tourne-veste, délirante marionnette et pantin Macron était élu !

« Candidats ambigus ». Je veux dire ambigus sur la question essentielle du Frexit, seul sujet d’importance de ces présentes élections. Après Sarközy et Hollande les deux collabos de l’impérialisme yankee belliciste incarné par lesdits démocrates (Obama, Clinton et compagnie), une catastrophe pour l’humanité au moins aussi manifeste que celle des républicains Bush père et fils, l’arrivée d’un troisième larron du même acabit ne pourra amener qu’à une explosion sociale. Le pire dans le genre bien évidemment étant Macron, le petit toutou (et bluff absolu à faux autant que vrais diplômes) de la banque Rothschild.

Le Frexit c’est-à-dire la sortie de ladite Union Européenne, de l’euro et de l’OTAN sous la domination de l’oligarchie sans foi ni loi ou cosmopolite à la Minc, Attali, Lévy et autres en France, des grandes banques mondialistes et du complexe militaro-industriel nord-américain.

De l’application du programme imposé par « l’Europe » (directives européennes), Hamon un peu, Mélenchon et Le Pen plus, ont des velléités de s’y opposer (vainement puisqu’ils n’entendent pas en sortir franchement, ni même du tout pour le premier). Fillon n’en lâche mot, mais comme Le Pen ou Mélenchon il semble favorable à un rapprochement avec la Russie et la Syrie légitime. Notons la différence d’attitude entre Mélenchon (pro-palestinien) et Le Pen (pro-sioniste et arabophobe, anti-musulmane et suprémaciste petite-blanche) sur la question israélienne et le prétendu « choc des civilisations ». Et l’axe atlantiste de Hamon (autre falot) au même titre que Macron.

***

Je répète que cette élection a pour enjeu essentiel le sort de notre pays par rapport à ladite Union Européenne et ses succédanés, si l’on peut dire : l’euro et l’OTAN. Rappelons que c’est Sarközy « de droite » qui a imposé notre réintégration dans l’OTAN, le même qui s’est assis sur le référendum de 2005 bien aidé par une bonne partie des députés « de gauche », le même également qui a participé à fond à la destruction de l’État libyen, pourtant l’un de ses bailleurs de fond. L’arrivée de Hollande « de gauche » n’a strictement rien changé à la chienlit, mais a tout pérennisé dans l’avilissement national dans tous les domaines. Hollande ayant plus l’aspect d’un chef de service américano-européen, n’ayant même pas le titre d’un gouverneur. Être fourbe et minable, mou et cynique à la fois, inculte, carriériste, d’une médiocrité crasse, incompétent et sans une once d’humanité.

Seul peut-être Macron peut le dépasser en arrivisme de la médiocrité et en phrases creuses, en goût pour l’art dégénéré et en preuves flagrantes d’un mépris pour son pays et sa culture. Même l’inculte et vulgaire Le Pen s’en rend compte. Ce minable est non seulement d’une phraséologie vide, d’un girouettisme affirmé, d’un mondialisme incommensurable, mais (ceci allant sans doute avec cela) d’une ignorance monumentale : il ne sait pas que les femmes n’avaient pas le droit de vote en 1905, que partir en Guadeloupe ce n’est pas s’expatrier, ou encore que la Guyane n’est pas une île.

Et c’est cette brêle qui serait soi-disant en tête des sondages (bidons) et qui voudrait « diriger » la France, ou plus exactement l’administrer comme un administrateur de colonie ou de république bananière, en mettant je ne sais trop qui, ni quoi, « en marche » si ce n’est le déclin et la chute finale de la civilisation. Mais qui veut vraiment, réellement parmi les citoyens, de ce pitre à l’Élysée ?

***

Personnellement je trouve l’heure particulièrement grave alors que la campagne présidentielle relève (comme jamais et comme pour tout le reste) de la manipulation des masses par des media totalement acquis à la finance internationale et à l’impérialisme mondialiste. Mais aussi heureusement de plus en plus décriés et concurrencés par Internet.

S’en est tellement manifeste que ça en devient totalement grotesque. Je ne ferai pas la liste de tous les manquements essentiels à ne serait-ce qu’un semblant de démocratie. Sondages bidonnés, inégalité totale de traitement selon les candidats. Parti pris des différentes chaînes de télévision, des radios et de ladite « grande presse » totalement décadente qui bientôt ne servira plus qu’à emballer le poisson...

À ce propos, il est remarquable de constater que le Conseil Constitutionnel (présidé par le « socialiste » millionnaire Fabius de l’affaire du sang contaminé, de la loi liberticide Gayssot, et qui appelait à éliminer El-Assad il n’y a pas nombre d’années) ainsi que le CSA (présidé par le « socialiste » Olivier Schrameck, un proche de l’ancien trotskiste OCI et franc-maçon Jospin, ce dernier étant également membre du Conseil Constitutionnel) semblent incapables de remettre de l’ordre. À moins que ça ne relève d’une volonté totalitaire délibérée.

On nous apprend même maintenant que l’équité n’est pas l’égalité, i.e. que plus tu es gros plus tu dois apparaître et paraître, plus tu es petit, et plus tu dois disparaître. Ceci ressemble étrangement à du totalitarisme, mais dans la bonne humeur si l’on peut dire. Mais jusqu’à quand ? À ce sujet encore, l’on peut noter que chez ces grands démocrates le jeu (la farce ?) démocratique ne peut et ne doit se limiter qu’à des candidats quasi officiels, sur la vieille aire de jeu usée, pipée, râpée, minée, en friches et presque tombée en désuétude de l’opposition gauche / droite.

Je résume avec des guillemets car plus rien ne tient à ce niveau :

« extrême-gauche » que je dirais « propre sur elle », où les staliniens sont en voie d’extinction, menée par un ex-socialiste sectaire aux vieilles recettes productivistes frelatées, laïcard hystérique transfuge du trotskisme le plus archaïque, « clando » et doctrinaire qui soit ;

« gauche » menée par un socialiste à l’américaine plus ou moins social-démocrate, mi-interventionniste mi-libéral, au programme fait de bric et de broc, bisounours de l’immigration et du cannabis ; mais avec un point positif quand même : il est pro-palestinien ;

« centre » si l’on peut dire, mené par un avorton (lui-même manipulé par les lascars du mondialisme et quelques vieux briscards de politiciens tourne-veste congénitaux) qui est « socialiste«  un jour mais pas « socialiste«  le lendemain ; représentant officiel des banques, de l’esclavage salarié et de la haine du peuple, du vrai fascisme contemporain, ou plutôt je préfère dire du vrai totalitarisme mondialiste ;

— « droite«  menée par un autre libéral, voire ultra-libéral et anti-social du genre Macron ayant, reconnaissons-lui ça, quelques débuts de volonté de se rapprocher de la Russie et de la Syrie officielle ;

— « extrême-droite » représentant dégénéré, et à très vieux fond autoritaire, des tendances colonialistes françaises, mais aussi depuis ces dernières années de l’archaïsme tribal, raciste, suprémaciste, colonialiste suprême qu’est le sionisme ; sur un fond de démagogie anti-arabe et anti-musulmane ; louvoyant entre un rapprochement avec la Russie et la Syrie, et l’approbation du « choc des civilisations », idéologie propre aux néo-conservateurs tant démocrates que républicains nord-américains.

Quand au reste, il n’a même pas le droit de jouer dans le cour des grands. J’en parle une prochaine fois.

***

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.