Skip to content

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

18 mars 2017

L’état moutonnier pour mille ans?

Publié le 18 mars 2017 par defensededavidhamilton

De temps en temps, en France, on cause de sortir de « l’état d’urgence ». Etat d’urgence qui n’est plus vraiment un état d’urgence dès lors qu’il est pérenne. Toujours de temps en temps, un ministre annonce en tout cas la « fin » de l’état « d’urgence », et le président réplique aussitôt que pas du tout, non, on verra, enfin, même pas, c’est le le prochain gouvernement qui décidera. Et par malheur, à croire qu’il y a des gens méchants qui n’attendent que ça pour aller faire les idiots ou les guignols utiles, dès le lendemain ou le surlendemain, il y a malheureusement un attentat, ou alors quelque chose qui est présenté par la presse comme un attentat. Bref, c’est pas demain la veille qu’on sortira de « l’état d’urgence ».

*

En attendant, les Français (qui doivent payer une « redevance » pour avoir le droit de se faire décerveler) assistent avec délectation aux insultes que les uns et les autres se lancent (ou font semblant de se lancer, pour faire grimper l’audience) entre nullités intellectuelles millionnaires. Après Ardisson insultant David Hamilton, voilà Castaldi (un ex à Flament)  qui traite Arthur de « connard ». Décidément, ces (pauvres) gens ont un vocabulaire particulièrement riche et étendu… Les moutons parlent aux moutons… Le miracle est qu’il y ait des gens pour allumer leur téloche et assister à de telles joutes oratoires.

*

La politique est devenue un sous ensemble de la comédie « pipole ». Une certaine Julie Gayet déclare que la fin de la présidence Hollande sera une « délivrance » pour elle. Pour les Français sussi, j’ai l’impression.

La presse gâche de l’encre pour annoncer aux gens « ce qui changera » pour eux si Le Pen, Mélenchon, Hamon, Macron ou Fillon sont élus. Je les rassure: qui que ce soit qui soit élu, strictement rien ne changera: les impôts augmenteront, le futur président baissera dans les sondages, et dans cinq ans on remettra ça avec d’autres candidats et/ou les mêmes, et ça recommencera exactement pareil jusqu’à la prochaine « délivrance ». Il y avait les vases communicants. Aujourd’hui grâce à la démocratie ce sont les délivrances qui communiquent entre elles…

*

Et nous, nous regrettons l’époque de David Hamilton – ou, pour le dire mieux, l’époque où il aurait peut-être été encore possible que la beauté l’emporte sur la laideur, la vérité sur le mensonge, l’intelligence sur la bêtise. C’est pas demain la veille.

*

Nous, très modestement, nous venons de publier un livre qui s’appelle Le portrait de Dawn Dunlap, et nous croyons qu’il s’agit d’un livre à la fois original et de grande qualité littéraire.

C’est sans doute pour cela qu’à l’exception de quelques artistes courageux, indépendants et réellement anticonformistes (par exemple Roland Jaccard) ou encore le jeune cinéaste français Sébastien Guillet (voir http://sebguillet.fr/2017/portrait-dawn-dunlap-david-hamilton/  ), ou encore un ami, écrivain situationniste parisien ( voir http://wp.me/p89w8Z-t7   ),  bref de nombreux lecteurs du livre (voir http://wp.me/p89w8Z-q0), très rares sont les « critiques littéraires » capables ou désireux de parler de ce livre.

On verra bien qui, y compris parmi certains de nos proches amis, parlera du Portrait de Dawn Dunlap.

Notre blog publiera dans quelques jours une réaction au livre, venant d’un metteur en scène universellement connu.

Mais ce sont, au moins pour l’instant, des exceptions. C’est amusant, quand on songe à tous les critiques littéraires, ou présumés tels, qui passent leur temps à lire de la merde.

La masse des « critiques littéraires » (généralement sans sens critique et sans aucun goût littéraire) est une masse de moutons, dans une époque de moutons où vont avoir lieu des élections de moutons.

Et que les moutons croient en notre plus vive sympathie.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.