Skip to content

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

17 mars 2017

  Pipole et grand plagiaire, Thierry Ardisson, le septuagénaire toujours neuf

Publié le 17 mars 2017 par defensededavidhamilton

 

*

Après « Créole et grande dame »,

« Pipole et grand plagiaire » ?

Thierry Ardisson est né le 6 janvier 1949 à Bourganeuf, dans le département de la Creuse. À l’âge de 17 ans, il fait le DJ dans une boîte de Juan-les-Pins, le « Whisky à Gogo », où il a (raconte-t-il dans son autobiographie: Thierry Ardisson, Confessions d’un baby-boomer, Flammarion, 2005, p. 154) une expérience homosexuelle: «Un de ces soirs, je me suis fait un mec. On s’est roulé des pelles dans la voiture. Il est monté chez moi. On ne peut pas dire que j’y ai pris du plaisir.»

Plus tard, avec sa femme Christiane, il goûte  à tout: héroïne, cocaïne, champignons hallucinogènes. Eclectique.

Christiane avorte : «C’est sans doute un soir de haschich que j’ai mis Christiane, ma première épouse, enceinte. Et j’ai fait pire. J’ai décidé de la faire avorter. Ça s’est passé sur la table de cuisine d’une faiseuse d’anges à coups d’aiguille à tricoter. Le gosse est parti dans les chiottes.»

« Elégant », non?

Puis, découvrant que Christiane  le trompe (oh mon Dieu!), il décide (toujours selon la presse et son autobiographie) de « s’ouvrir les veines dans une baignoire ». Il aurait été sauvé de justesse de cette tentative de suicide. Ouf.

Voir:

http://www.dhnet.be/medias/television/je-me-defoncais-du-matin-au-soir-51b7c5aee4b0de6db98d2edb

http://www.france3.fr/emissions/le-divan-de-marc-olivier-fogiel/videos/la_tentative_de_suicide_de_thierry_ardisson_10-02-2015_714019

*

Bonhomme de publicité, de presse et de télé, Ardisson s’essaye aussi à la carrière des Lettres.  Il publie quelques romans, ou disons quelques bouquins présentés comme tels.

En 1994, il fait publier un livre (Pondichéry) par Albin Michel, qui raconte l’histoire d’un ancien fonctionnaire colonial rapatrié à Sartrouville. C’est un plagiat massif.   En février 1994, Ardisson reconnaît avoir plagié « 70 lignes » dans ce Pondichéry.

*

 

En vérité, tout le monde le sait à Paris dans les milieux littéraires, le plagiat est nettement plus important. D’ailleurs, en 2005, une enquête de Jean Robin confirme que l’écrivain Ardisson a  plagié Désordres à Pondichéry de Georges Delamarre (Désordres à Pondichéry. Préface de Claude Farrère. Paris, Editions de France , 1938), De Lanka à Pondichéry de Douglas Taylor (1931) et Créole et grande dame d’Yvonne Robert Gaebele (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58429015) — soit, au minimum, une bonne soixantaine de pages (voir: « Thierry Ardisson : du plagiat à l’échelle industrielle », L’Hebdo,‎ 27 octobre 2005, p. 90-91, et « Thierry Ardisson : douze ans de mensonges », Entrevue, no 160,‎ 16 mai 2005, p. 97-101.)

Bien que plagiaire, Ardisson trouve encore des éditeurs et des gens pour publier sa petite prose. Curieux monde, le monde moderne. En 2006, Ardisson a ainsi publié « Confessions d’un Babyboomer », une autobiographie écrite (en collaboration avec Philippe Kieffer)…

*

L’ancien DJ Ardisson, jadis marié à Christiane qui le trompait, se remarie le 2 avril 1988 avec Béatrice Loustalan. En août 2010, la même Béatrice Ardisson annonce publiquement que le couple divorce (http://www.purepeople.com/article/beatrice-ardisson-la-femme-de-thierry-confie-je-suis-en-plein-divorce_a61367/1). En effet, officiellement depuis novembre 2009, Ardisson concubinait avec Audrey Crespo-Mara, une journaliste de LCI, d’où un remariage en 2014. Tous nos voeux.

*

Voilà donc l’homme qui, curieusement (ou pas curieusement du tout), continue d’officier sur diverses chaînes de téloche, à y administrer sa morale, et à faire ses p’tites émissions.

Bien que condamné pour diffamation, le  23 mai 2013,  par le tribunal correctionnel de Paris à l’encontre du chirurgien Stéphane Delajoux, Ardisson trouve encore des gens pour l’engager à la téloche, par exemple pour y insulter et y diffamer, en 2016, un homme de 83 ans qui s’appelait David Hamilton.

Voir:

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-304848-thierry-ardisson-condamne-pour-diffamation-a-la-demande-du-dr-delajoux.html

Un monsieur qui se vante d’être un ex-drogué, et d’avoir fait avorter son épouse en jetant le foetus « dans les chiottes », un monsieur qui est un plagiaire notoire (en 1992, son magazine Interview a dû être rebaptisé un an plus tard Entrevue après un procès pour plagiat, qu’Ardisson a perdu, intenté par le magazine américain Interview), un monsieur qui est décrit comme un « anima-tueur » (jeu de mots) dans le livre de Michel Malausséna, un monsieur déjà condamné pour diffamation continue à arborer à la téloche son sourire suffisant d’arriviste, et continue à insulter et diffamer les uns et les autres, notamment en 2016 un homme de 83 ans qui s’appelait David Hamilton…

Curieux monde, décidément, le monde moderne…

Publicités

From → divers

Commentaires fermés