Skip to content

CLICHERIE* SANS TRICHERIE

9 mars 2017

Qu’est-ce qu’un cliché lorsqu’il ne s’agit pas de quelque chose de convenu, de quelque lieu commun ? C’est le participe passé, adjectivé, puis substantivé du verbe « clicher » dont le sens premier (terme d’imprimerie) signifie…

« Couler de la matière fondue dans l’empreinte qu’on a prise d’une page composée en caractères mobiles ; ce qui donne par le refroidissement un bloc présentant le même relief que les lettres mêmes ; bloc qui, employé pour l’impression au même usage que les caractères, permet de tirer, s’il y a lieu, un très grand nombre d’épreuves sans faire une nouvelle composition » (dictionnaire Littré).

Mot dont l’origine serait la même que celle des mots « cliquer », « claquer », « clenche », etc. Avec l’idée commune de « fixer ».

On parle en imprimerie (du moins en imprimerie traditionnelle) de « feuilles clichées ». Le cliché y est ainsi la « planche en relief obtenue par le clichage ». Ce terme est passé à la sculpture où il désigne une « empreinte d’un coin de médaille qu’on fait dans de l’étain en fusion, et par laquelle on juge jusqu’à quel point le travail est avancé. » (idem) Puis Il a atteint, fort logiquement, et par pure analogie, la photographie où le clicheur (« celui dont la profession est de clicher », ibidem) a pour nom « photographe ».

Dans le domaine du clichage photographique, la technique se tient dans le matériel employé, mais tout le talent artistique est dans l’œil qui cadre et le doigt qui fixe, autrement dit : qui cliche ; qui unifie un certain sujet, dans un certain espace, sous une certaine lumière, à un moment donné de l’expression du sujet. C’est pourquoi dès ses origines, on peut déjà sentir l’artiste, et non simplement le simple et banal exécutant technique ; l’artiste par derrière, ou plus exactement face à l’image produite.

Et dans le cas des vrais artistes du sixième art (selon certains, en concurrence avec la danse), ou septième art (pour d’autres, en compagnie du cinéma), ou huitième art (pour d’autres encore, au sein des « arts médiatiques »), le paradoxe est que leurs clichés ne sont jamais des clichés ; que leurs photographies ne sont jamais banales mais bien reconnaissables entre mille. Que leur clichage (« art ou action de clicher ») révèle un talent, un métier stylé.

Ainsi en fut-il, en est-il plutôt, de David Hamilton pour lequel j’ai fait cette chansonnette :

CLICHÉ

– I –

Délicatement embelli,

Instant voilé de tulle et de dentelle,

Le temps se pose, aboli,

Puis, d’un coup d’aile,

La nostalgie anoblit

Cette image éternelle.

*

Et dans la pénombre,

Se tient, loin du nombre,

La Beauté si frêle,

La Beauté qu’Amour appelle…

*

Enfant malicieux,

Ce petit infidèle.

– II –

Invisiblement, son regard

Se fixe au bout du temps qui nous enchaîne,

Et son sourire, eu égard

À notre peine,

Est si triste et tient hagard

Notre vie à la traîne.

*

Timide, elle égare,

Ne dit jamais : gare !

La dryade au chêne,

La naïade à la fontaine…

*

Reste auprès des Dieux

Un vœu pieux qui malmène.

– III –

L’éblouissement harmonieux

De pureté ou d’innocence avide

Se mute alors, à nos yeux,

En un livide

Esprit secret et anxieux

D’âme au bord du grand vide.

*

Ainsi du magique,

Surgit le tragique

L’éphémère austère

Le fugace où tout s’altère …

*

Fruit d’un goût précieux,

Délicieux, translucide.

– IV –

Inflexiblement affadi,

Le beau cliché s’efface en son mystère,

Décomposé, il maudit

Le délétère

Dans un recoin assourdi

Se mêlant à la terre.

*

Oui ! comme un dédit

Jamais reverdi,

C’est la mise en bière

Et la Mort en sa prière…

*

Un souffle d’adieu

Qui ne veut pas se taire.

– V –

Insensiblement frissonnant,

Un astre a bu le flou et le murmure

Du vent, perdu au ponant,

Dans la fêlure

D’un doux soleil s’adonnant

À l’oubli des brûlures.

*

Ainsi tout se mêle

Pastels et ombrelles,

Un micron susurre

La chanson qui nous rassure…

*

Jusqu’au bout des Cieux

Vaporeux, sans armure…

*

Un souvenir…

Note :

* Clicherie : « Lieu où sont fabriqués les clichés ; nom de cette industrie ». (le Littré).

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.