Skip to content

NOTE QUI ÉTAIT PARTIE POUR ÊTRE UNE SIMPLE BRÈVE

25 février 2017

Je suis sidéré.
Je connaissais la propagande et le nivellement par le bas de ladite Éducation Nationale « progressiste » (ces derniers temps, c’était la prétendue théorie du genre, l’incitation à lire les « bons journaux » et l’adhésion obligatoire à la « bonne lecture » de l’actualité ou de l’Histoire, puis vient maintenant la quasi disparition de la grammaire jusqu’en 5e, sans oublier le développement achevé des ateliers « glandouille ») dans un but de plus en plus évident et affiché d’abêtir le troupeau et de le manipuler pour le plus grand bien de l’impérialisme mondialiste.
De plus en plus d’éducation, ou de garderie scolaire dirigée et bien particulière ; et de moins en moins d’instruction. C’est ce que « la gauche », en particulier, ose dénommer : pédagogie !
Ce matin, passant devant une télévision où il y avait une émission enfantine, sur une chaîne de la Voix de son Maître gouvernemental, en l’occurrence France 4 (mais ça aurait pu être ailleurs) je suis resté estomaqué devant un dessin animé de quelques minutes.
Son histoire simpliste était la suivante : le riche et méchant Trump à sale tronche, de ce grand, généreux et merveilleux pays nord-américain (welcome! écrit en toutes lettres) ne veut plus accueillir la gentille misère généralisée du Mexique, pays d’un très sympathique président, et fait construire cet ogre ! un long mur à sa frontière, qui plus est, mur qui va coûter une fortune, c’est proprement intolérable.
Il ne manquait plus qu’une allusion à Adolf… ou à Vladimir.
Par contre, je doute qu’il existe quelque dessin animé expliquant la misère palestinienne, à moins qu’il ne soit prévu d’en faire un, expliquant que c’est pour leur bien que les indigènes palestiniens de Gaza sont enfermés et à l’occasion bombardés.
C’est là que l’on voit bien que, publics ou privés, il n’y a plus de différence, l’ensemble des media sont aux mains des collabos mondialistes et décadents. Sans même parler de la propagande publicitaire consommatrice qui inonde tout. Avec de moins en moins de retenue, mais fort heureusement aussi, avec de moins en moins de succès et d’adhésion populaire. L’un allant avec l’autre.
Le totalitarisme capitaliste « démocratique » est patent. Il n’est que de voir comment les media dominants et collabos manipulent ladite campagne présidentielle en France depuis quelques mois. Mais à la différence du stalinisme ou du maoïsme, il est beaucoup moins violent et beaucoup plus sournois. Du moins en nos contrées. Posé en évidence « incontournable » et naturelle.
Pour son malheur, ou plutôt pour notre bonheur, le vent tourne, Internet (malgré tous ses défauts) est en train de laminer cette propagande et de rassembler, de lutter contre l’atomisation des individus réduits à la simple production et consommation ; et c’est la débandade (hargneuse) dans les media officiels, tant privés que publics.
On voit même la gazette Le Monde, autrefois journal de référence, sombrer corps et âme dans L’Immonde, perdre ses derniers lecteurs payants, et dégouliner de parti pris et de bêtise (et même de nombreuses fautes d’orthographe de nos jours, que moi-même je vois alors que, je le reconnais, je ne suis pas un champion en ce domaine).
Allez voir sur son site, on y trouve une équipe de sept personnes (par là) chargée de nous expliquer où se trouve la bonne information et la mauvaise ; la « démocratique » et la « fasciste » ou « poutinienne », etc. ; et comment les reconnaître (généralement par la simple étiquette d’appartenance à tel ou tel groupe de presse). Il nous explique comment différencier la fausse information de la vraie ; petite Pravda mondialiste tombant elle-même journellement dans la diffusion propagandiste, non vérifiée, biaisée, orientée, partisane, unilatérale, voire mensongère ou diffamatoire, ou pire encore : dans le silence total et patent quand ça la gêne.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés