Skip to content

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — le 24 février

24 février 2017

Quand d’autres reprennent, mais sans le citer, les informations du blog « En défense de David Hamilton »

 https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/02/24/quand-dautres-reprennent-mais-sans-le-citer-les-informations-du-blog-en-defense-de-david-hamilton/

*

Sur le blog (Mediapart) de Jacques Délivré, qui est d’ailleurs un blog très bien fait, on lit (25 janvier 2017):

https://blogs.mediapart.fr/jacques-delivre/blog/250117/de-polanski-hamilton

du côté du photographe Léonard David Hamilton, cela ne va pas au mieux, puisqu’il est mort. Mort à son domicile du boulevard du Montparnasse (Paris 6e), le vendredi 25/11/16 à 21h28 précises, comme l’indique la presse, de source bien informée, comme on dit. Cause du décès : asphyxie. Mais pourquoi donc toujours douter des informations officielles ?

C’est que, là comme ailleurs, rien ne se passe comme prévu. Il suffit, en effet, de se procurer l’acte de décès enregistré par la Mairie du 6e arrondissement, et officiellement daté du 9/12/16 à 10h01 précises, pour lire :«Décès constaté le 25/11/16 dont la date n’a pu être établie». Si l’on traduit cette étrange formule, cela signifie donc que l’on ignore tout de la date et de l’heure du décès, contrairement à ce qui avait été dit par les médias bien informés…Mais si l’on sait aussi que la déclaration doit être faite dans les 6 jours au plus tard après la mort, on se demande pourquoi il fallut attendre 14 jours, l’autopsie ayant été rapidement effectuée et ses résultats (officiels)rapidement publiés (trois jours après).

Enfin, les obsèques du photographe n’ont eu lieu nulle part. Car, même en cherchant, on ne trouve absolument rien : aucun avis, aucun faire-part. La Presse, pourtant prolixe sur l’enterrement d’une célébrité, n’en dit mot. (…) Pour Léonard David Hamilton, dont on a remarqué qu’il ne fut, lui, soutenu par quasiment personne, décès rime avec disparition, et disparition rime avec évaporation.

Tout cela est très juste.

L’auteur du blog aurait peut-être pu aussi préciser que TOUTES les informations au sujet du certificat de décès de David Hamilton provenaient du blog « En défense de David Hamilton » (11 janvier 2017):

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/01/11/encore-au-sujet-de-la-mort-de-david-hamilton/

***

Quelques remarques en plus.

« Mais si l’on sait aussi que la déclaration doit être faite dans les 6 jours au plus tard après la mort, … »

Petite erreur : c’est le délai maximum légal entre décès et inhumation qui est de six jours, sauf dérogation accordée par le préfet.

Par contre la déclaration de décès doit être faite dans les 24 heures (hors dimanche et jour férié) qui suivent le constat du décès (« certificat de décès » établi par un médecin). Mais dans le cas présent, le rapport d’autopsie de la médecine légale a été établi deux ou trois jours après la découverte du corps de David Hamilton, ce qui a permis alors la délivrance du « permis d’inhumer » par le magistrat chargé de l’enquête.

Quant au silence qui a suivi sa mort, m’est avis que cela tient au fait que les media se sont sentis au moins un peu morveux ou plus sûrement encore qu’ils ont été proprement et radicalement éconduits par la famille et l’entourage de David Hamilton. (Ce qui aurait été ou aura été une très bonne chose.) La médiacratie a pu être contrainte à se taire, sous menace judiciaire de la famille, dans le cadre de l' »atteinte au respect dû aux morts ».

Et puis, le silence et l’évaporation ne sont-ils pas, depuis toujours, le lot commun des « mauvais » et des « monstres » du moment ? Jésus n’a-t-il pas quitté son tombeau ? Les cendres des hérétiques, sorcières et mécréants n’ont-elles pas été dispersées à tous vents ? Khadafi n’a-t-il pas été enterré secrètement dans un coin du désert ?

Sa tombe (en France ? en Grande-Bretagne ?) est peut-être anonyme par désir de la famille, ou demande expresse d’un maire dans le cadre du « maintien de l’ordre public » comme on dit. Souci d’éviter, selon les cas, que la tombe devienne « lieu de pèlerinage » ou qu’elle ne soit profanée. Enfin David Hamilton a pu être incinéré, ou encore enterré dans le caveau ou le tombeau d’une autre famille.

C’est ce qu’on nomme sans doute « le flou hamiltonien » !

J.-P. F.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés