Skip to content

À PROPOS DU GRAND RADIN DE FRANCE ET DE GROSSAL

10 février 2017

Je reviens sur quelques faits passés que j’apprends comme ça, incidemment.

Il y a longtemps que je n’ai rien écrit sur La Dissidence (sic)… Et sur Dieudonné M’bala M’bala, dit « Le plus grand radin de France » dans le milieu des déçus du mbalaïsme. Comme en ce moment mon blog est à nouveau ouvert, et que je suis tombé par hasard sur une photographie, j’en profite pour en redire quelques mots. Je crois me rappeler que j’avais promis des développements sur le côté Picsou sans scrupule et roi délirant de la combine du personnage, mais il y en aurait trop à dire depuis le temps.

Curieux personnage dont le but premier est de faire du pognon sans vergogne aucune, sur le dos d’un nombre certain de pauvres (sans le sou et écervelés) « engouroués ». En appelant même à la charité quand nécessaire ; certains y ont ainsi laissé tout leur bien. Poussant à « faire des quenelles » sans en assumer les conséquences judiciaires, et donc au moins pécuniaires, pour que les « quenelleurs » puissent au moins se payer des avocats. Mais c’est sans doute le prix à payer pour ladite QUENELLE marque déposée (véridique!) par la trésorière avide et cupide de son commerce, sa propre seconde femme.

Seconde femme, Blanche comme la première, car « faut quand même pas déconner » pour ce champion de la négritude qui ferait presque pleurer dans les chaumières en jouant au « pôv’ ‘tit nèg' », homme sans scrupule qui, par ailleurs, fait du commerce au Cameroun en important, par un prête-nom familial, des huiles pétrolières depuis la grande démocratie de Dubaï.

Comme dirait son poteau ou ex-poteau (on ne sait plus très bien) Alain Bonnet de Soral, Bonnet d’Âne, dit Grossal dans le même petit milieu des floués : « les blacks [sic] classes [sic] veulent des blanches (Dieudo)… Les Blancs [sic] prennent les blacks pour des putes (ce qu’elles sont le plus souvent). » Je passe sur le reste, il y en a d’autres du même niveau. Extrait d’un courriel rendu public du vieux « beau gosse » (le pitre Grossal, dixit) éconduit par une jeune noire. *

Enfin, pour revenir au Grand Radin, celui-ci avait promis publiquement (je crois me rappeler) plus d’un million d’euros pour la cause palestinienne, et voici donc ce qu’il en advint. Pas même cent-mille, pas même dix-mille…

oberlinÔ la honte ! Ça, c’est une quenelle de combien, en ton langage ?

Mais Christophe Oberlin, toi un homme respectable et « enquiquiné » par tes pairs médecins pour ton antisionisme, tu n’as pas encore compris qui était Dieudo ? Que fais-tu donc en cette galère publicitaire ? Je sais, tu t’y es laissé prendre comme combien d’autres, connus ou inconnus ! Ou bien « la moindre somme est bonne à prendre », je sais, je sais, mais quand même. Personnellement, je lui aurais dit : « ton chèque de misère, tu peux te le quarrer là où je pense ».

On a moult exemples des propos sans suite, des coups de réclame mbalaienne et des changements de direction de la girouette qui a eu le culot d’accuser son ennemi intime « El Blancos » (sic, pourquoi un « s » final ?), un autre genre de pitre (Dieudo l’auguste et Manu le clown blanc) d’être passé de la défense de la cause palestinienne à la défense du sionisme, quand lui-même est passé de « l’ennemi Le Pen » à « l’ami Le Pen ».

Maintenant que l’autre a « vallsé », le voila orphelin. Mais il est vrai que parmi d’autres projets, il va se présenter à l’élection présidentielle du Cameroun en 2018 !

J’ignore si son directeur de campagne, ou son expert en relations africaines, en sera Grossal ; certains disent que « oui », d’autres disent que « non » ; « moi, tout à fait personnellement, et cela n’engage que moi », j’ai comme un doute, même sur la campagne…

Pour finir, voici quand Atteint du Bonnet faisait dans la mode chébran :

https://www.youtube.com/watch?v=xerwo5T9EYs

* Je n’épiloguerai pas trop sur cette histoire sordide de harcèlement et de propos racistes et sexistes, « l’affaire Binti », qui sur le site d’Égalité [sic] et Réconciliation [resic], au 24 novembre 2014, est titrée : « Histoire d’un dépit amoureux récupéré par un voyou puis vendu à l’extrême-droite sioniste. » Le dépit amoureux n’étant pas celui du boxeur décati à la moto, mais de Binti la jeune noire que l’on présente comme une moins que rien ! et le voyou n’étant pas bien évidemment Grossal la petite frappe, mais celui qui a rendu public les insanités envoyées par Grossal à Binti ! Enfin, conclusion du tout, Grossal a écopé en appel, le 29 novembre 2016, ce n’est pas vieux, de 6.000 euros d’amende et 5.000 euros de dommages et intérêts pour menace ; le « dissident » échappant à six mois de prison ferme, les autres faits n’ayant pas été constatés par voies légales (huissiers ou policiers). Il faut savoir aussi que le voyou psychopathe de la baston, le vaurien comme il se nomme lui-même, s’en prend même aux gens de son bord politique, dernièrement il y a cassé la figure de quelqu’un qu’il accusait d’être raciste ! Là, on atteint la schizophrénie violente.

Enfin, à propos de prison, on ne compte plus le nombre de fois où le loustic Dieudonné aussi a joué, en bon publicitaire, qu’il avait été condamné à de la prison ferme (à tort ou à raison, c’est un autre sujet) pour divers propos dans ses spectacles. Je ne crois pas me tromper en disant qu’il y a toujours échappé. Il a même fait tout un cirque, courant 2016, pour émouvoir les derniers gogos qui lui restent, en disant : « j’ai pris deux mois fermes en Belgique, je préfère aller en prison plutôt que de payer mes amendes ». Ce qui est d’ailleurs, un vrai cri du cœur du pingre, sauf que lorsqu’on est condamné à deux mois en Belgique, il n’est pas sûr du tout que la peine soit exécutée. Près à tout pour faire parler de lui : le parrain de l’un de ses enfants est Le Pen senior ; son « directeur de publication » sur Internet (Quenel+) est un taulard meurtrier, un certain Germain Gueffe-Cohen.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés