Skip to content

Affaire David Hamilton: l’indécence des VIP et l’ingénuité des gogos.

5 février 2017

reprise du blog EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON :

 

On lit dans la presse: « David Hamilton, le célèbre photographe britannique s’est suicidé il y a 15 jours emmenant dans sa tombe ses secrets ».

Remarquez, c’est assez courant. N’importe qui emmène ses secrets dans sa tombe. Ou son absence de secrets.

******************************************************

http://www.purepeople.com/article/flavie-flament-violences-conjugales-anorexie-elle-livre-ses-blessures_a158944/1

Dans cet article, que l’on peut lire aussi sur Internet:

« Dans son premier livre intitulé Chardons, l’ancienne épouse de Benjamin Castaldi, maman d’Antoine (18 ans), fils de Bernard Flament, et d’Enzo (10 ans), fils de l’ancien animateur de Secret Story, fait quelques révélations. Violences conjugales, gifles mémorables, presque insoutenables… Du vécu ? « Cela m’est arrivé, comme à beaucoup de femmes », répond laconiquement l’animatrice d’On est fait pour s’entendre sur RTL ».

Donc, si l’on comprend bien, dans son premier livre, Mlle Lecanu puis Mme Flament puis Mme Castaldi (elle a été mariée deux fois) évoque des « violences conjugales » et des « gifles mémorables » et (presque) « insoutenables ».

A croire qu’on n’est pas si fait pour s’entendre que ça.

Du vécu? écrit la journaliste de Pure People.

Dans son second livre, « La Consolation », Flament raconte avoir été violée.

Pour son premier livre, elle était laconique. Pour le second, euh, pas vraiment laconique, non.

Interview à Paris-Match:

  • Des «Chardons», votre premier livre, vous dites : «Ce bouquin, c’est moi.» Vous y faites de sacrées révélations, peut-on en parler ?
  • C’est un roman, mais j’y ai mis beaucoup de mon existence, c’est vrai.
  • Dans une scène, vous parlez de violences conjugales, de gifles mémorables, presque insoutenables.
  • C’est ce que j’ai écrit.
  • Cela vous est arrivé ou est-ce du domaine de la pure fiction ?
  • Cela m’est arrivé, comme à beaucoup de femmes.

**************************************************************

Qu’en pensent les ex-maris?

Y a-t-il eu des plaintes déposées, avant la prescription, pour ces violences conjugales « insoutenables »?

Et au fait, quel sera le troisième volume de la trilogie?

*************************************************

Accuser les gens de tous les maux, une habitude invétérée?

En tout cas, étant donné l’habitude que ces pauvres gens ont d’étaler leur vie dans la presse, ça ne s’est pas bien passé avec Castaldi.

Qui en est à son quatrième mariage. Des gens stables, à l’évidence.

http://www.francedimanche.fr/infos-people/tele/benjamin-castaldi-mari-tout-prix%E2%80%89/

« Après la naissance d’Enzo, qui a maintenant 12 ans, rien ne va plus. Flavie quitte le nid conjugal du jour au lendemain. Retour à la case tribunal pour Benjamin qui, six années à peine après son premier divorce, souhaite recouvrer au plus vite sa liberté. Enfin pas pour très longtemps… Après ce deuxième passage devant le juge, Flavie le traîne dans la boue, l’accusant de tous les maux, un déballage qu’il n’encaisse pas. « Je me croyais heureuse avec Benjamin. En fait, intérieurement, je hurlais », ira-t-elle jusqu’à déclarer dans Paris Match. De cette guerre des mots par médias interposés, il sort profondément meurtri ».

*

Quand l’ex-Madame Flament a quitté Castaldi, ce dernier n’était pas content. Largué par texto, Castaldi se plaignait à Voici:

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/benjamin-castaldi-raconte-comment-flavie-flament-l-a-detruit-apres-leur-separation-574532

Novembre 2015.

« Elle racon­tait des tas de choses qui, pour moi, sont très diffi­ciles à accep­ter, y compris son déni. On a vécu six ans ensemble. Quand vous l’écou­tez, il ne s’est jamais rien passé entre nous. Ne serait-ce que pour mon fils, c’est compliqué de lais­ser dire ça. (…) Mais entre le plus parfait des maris et ce qu’elle insi­nuait à l’époque, il me semble qu’il y a matière à recti­fier. Affir­mer qu’elle a vécu sous la pres­sion psycho­lo­gique et physique de Benja­min Castaldi, je ne peux pas lais­ser dire ça… » (Castaldi sur Flament, novembre 2015).

Décembre 2016.

Flament sur Hamilton:

« Il muse­lait ses victimes. C’est quelqu’un qui parve­nait à avoir une sorte d’au­to­rité physique et psycho­lo­gique telle qu’on savait en sortant de cet appar­te­ment, qu’on ne serait pas comprise et pas enten­due. » (Flament sur Hamilton, décembre 2016).

Castaldi sur Flament:

http://www.parismatch.com/People/Benjamin-Castaldi-son-soutien-a-Flavie-Flament-1113389

«J’ai dit que je n’en parlerai pas, mais je ne peux que soutenir ce livre», a-t-il confié. «Je pense qu’elle en avait besoin. C’est une vertu de l’écriture : se faire du bien à soi. Je pense que c’est très bien.» Et Benjamin Castaldi, comme Flavie Flament, espère que ses déclarations seront utiles à d’autres victimes. «C’est une histoire qui lui appartient, elle a fait le choix d’en parler. Je ne peux que saluer le courage et me ranger à ses côtés et espérer que ce livre permette à d’autres de pouvoir se battre contre ce genre de faits qui sont totalement inacceptables.»

***************************

Résumons: Castaldi, accusé par Flament de lui coller des baffes, déclarait (novembre 2015) qu’elle l’avait « détruit » et qu’elle racontait mensongèrement avoir vécu sous sa pression physique et psychologique, soudain trouve ça très bien (décembre 2016) qu’elle accuse Hamilton de pressions physiques et psychologiques.

Résumons: Flament accuse Castaldi de violences conjugales « insoutenables » et Castaldi trouve le viol présumé (NDR: le viol de Flament présumé par Flament) « inacceptable ».

******************

Affir­mer que Flament a vécu sous la pres­sion psycho­lo­gique et physique de Hamilton, Castaldi peut lais­ser dire ça…

********************

Le problème principal est sans doute qu’il existe une presse pipole, et des gens pour s’intéresser aux divorces, aux baffes, aux histoires de plumard des cerveaux d’oiseau que sont les VIP.

Castaldi, dans un monde normal, serait (par exemple) manutentionnaire dans un supermarché.

Quant à Flament…

 

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.