Skip to content

C’EST DU BERGER À LA BERGÈRE

23 janvier 2017

neant

*

Mis à cul au fond du hammam

Par ses fans et autres mignons,

Le vieil hardi Çon vend son âme

À ces beaux garçons si trognons.

*

Mais, le grand seigneur interlope,

Enveloppe aussi les mignonnes,

De son aura pas pour des clopes,

En opinions des plus brouillonnes.

*

Dans son accul si chaleureux,

Et ces moiteurs où renom cule,

Comment veux-tu, ô bienheureux !…

*

Qu’il ne cédât à l’opercule

Sous la varlope aux « amoureux »,

Et n’ajoutât « n » dans TECULES ?

*

Ce sonnet irrégulier mérite trois remarques d’ordre lexical : « mis à cul » est une vieille expression qui a plusieurs sens, ici elle signifie : mettre une personne dans l’impossibilité d’éluder plus longtemps ; « culer » est l’équivalent marin ou rural de « reculer » ; quant à « écules » c’est le verbe conjugué « éculer » surtout connu de nos jours comme participe passé, employé comme adjectif et dans un sens figuré (éculé/e) ; verbe anciennement écrit : « esculer » de « es », privatif et « culer », qui étymologiquement signifie « rompre le cul » ; du temps de Littré on disait encore : « un soulier éculé », pour dire : qui est usé du côté du talon, ou qui l’a perdu.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.