Skip to content

FAIT PLUTÔT RARE

3 avril 2016

Hier, par un hasard total – c’est dire, je cherchais des poèmes de Jean Chapelain, le premier dépositaire du fauteuil numéro sept de l’Académie française – j’ai croisé, en je ne sais quelle manipulation informatique, un vrai poète contemporain. C’est si rare.

Quand j’écris « contemporain », je veux dire un poète vivant, de notre temps. Un contemporain de forme et de fond adéquats. De forme et de fond poétiques – bien évidemment. Vivant, autrement dit sensible, nostalgique et critique.

Il se nomme Thierry Cabot et est l’auteur d’un recueil intitulé : La Blessure des mots. Voici de lui ce quatrain à valeur d’aphorisme, un aspect parmi d’autres du talent et des idées de l’auteur :

            Figure-toi partout la glauque bien-pensance
            Et nulle part l’éveil de l’être heideggérien,
            Les journaleux jappant jusqu’à l’obéissance,
            Les élus vérolés dans leur infini rien.

On ne saurait mieux dire…

Publicités

From → divers

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s