Skip to content

Les résultats à l’Académie française (jeudi 3 mars 2016).

3 mars 2016

1

*

Comme lors de chaque élection à l’Académie (voir plus loin, à ce sujet, un article du « Figaro »), aujourd’hui Olivier Mathieu a fait un tour depuis Pontoise jusqu’au quai de Conti parce que l’Académie française, dans sa séance du jeudi 3 mars 2016, a procédé à l’élection au fauteuil de Mme Assia Djebar (fauteuil 5). Les huit candidats étaient, par ordre alphabétique :
Michel Carassou
Yves-Denis Delaporte
Éric Dubois
Andreï Makine
Olivier Mathieu
Valentin Ogier
Eduardo Pisani
Arnaud-Aaron Upinsky

Cette liste des candidats avait d’ailleurs été republiée, hier, par l’Académie française, sans doute pour rappeler aux journalistes le retrait de candidature de Frédéric Mitterrand (puisque certains journaux, trop souvent mal informés comme on va le voir un peu plus loin, continuaient à le présenter comme candidat) :
http://www.academie-francaise.fr/actualites/election-au-fauteuil-de-mme-assia-djebar-f5

Quant au « Figaro » d’aujourd’hui, on y a lu : « Ils sont huit candidats à l’immortalité. Citons-les tous, par ordre alphabétique: Michel Carassou, Yves-Denis Delaporte, Éric Dubois, Andréï Makine, Olivier Mathieu, Valentin Ogier, Eduardo Pisani, Arnaud-Aaron Upinsky. Frédéric Mitterrand et Jean-Claude Perrier s’étaient également portés candidats avant de se retirer ».

Citer les candidats, mais sans les affubler d’épithètes infamantes (ou que les journalistes voudraient telles), ce n’est déjà pas mal, de nos jours.

Les résultats, alors.

Récemment, Arnaud-Aaaron Upinsky se demandait sur son blog si Andréï Makine n’était pas « le candidat de l’establishment », tout en en épinglant la fragilité syntaxique.

M. Makine a été élu par 15 voix.

Parmi les sept autres candidats, seul M. Arnaud-Aaron Upinsky a reçu deux voix (ce que nous annoncions dès ce matin).

Il y a eu six bulletins marqués d’une croix (marquant opposition totale à tous les candidats en lice).

Olivier Mathieu ne comptait pas (comme semble-t-il d’autres candidats…) sur cette élection académique pour trouver un travail ou un logement, ou une invitation à une émission de télévision.

Divers journaux, ou divers sites, ont parlé de lui, par exemple « Le Nouvel Observateur » et « Le Point ». Beaucoup de journalistes, malheureusement, semblent avoir 25 ans de retard. Ils semblent en rester, au sujet d’Olivier Mathieu, à une émission de télévision qui date d’il y a plus de vingt-cinq ans. Et donc, ils semblent ignorer que l’eau passe sous les ponts… On continue à ne pas comprendre comment Olivier Mathieu pourrait être un « essayiste révisionniste » ou un « pamphlétaire négationniste », alors que sa longue bibliographie ne contient AUCUN essai, AUCUN pamphlet susceptibles d’être taxés de « révisionniste » ou de « négationniste ». Quant à l’expression même de « négationniste », c’est un mot qu’Olivier Mathieu n’a jamais employé, ou sous lequel il ne s’est jamais reconnu.

Bien des journalistes, encore, continuent à prétendre Olivier Mathieu « belge » (or il est naturalisé Français depuis 1974) ou « franco-belge ». Dit-on d’Alain Finkielkraut qu’il est « franco-polonais » ?…

D’autres laissent entendre qu’Olivier Mathieu se serait appelé « Robert Pioche » en 1993, pour l’occasion de l’élection académique où il recueillit une voix contre Giscard. Or, Olivier Mathieu s’appelle « Robert Pioche » parce que tel est le surnom qu’il se donna à lui-même au temps de son enfance, chose qui fut rapportée par l’écrivain communiste Marie de Vivier (1899-1980) dans le beau roman « Cent pages d’amour, lettre à un petit garçon » (Paris, 1971). Un roman, justement, dont l’unique personnage est Olivier Mathieu.

Etranges mœurs journalistiques, où l’on a même vu un journaliste du « Point » décréter qu’Olivier Mathieu serait « plus malin » qu’Arnaud Aaaron Upinsky.

Curieuses moeurs, vraiment, que de s’en prendre à un autre candidat, M. Yves-Denis Delaporte, en rappelant des épisodes personnels de la vie de celui-ci (au sujet d’un logement de fonction). Yves-Denis Delaporte, visiblement en colère et on peut le comprendre, a laissé un message à M. Didier Jacob sur le site du « Nouvel Obs ».

Il est évident que beaucoup de candidats doivent en avoir assez d’être dévisagés, par maints journalistes, par le tout, tout, tout petit bout de la lorgnette !… Plutôt que de s’occuper du logement de fonction de M. Delaporte, des opinions prêtées à Olivier Mathieu (et qui lui sont prêtées, en outre, en se référant à des épisodes d’il y a plus de vingt-cinq ans), ou au degré d’intelligence de M. Arnaud Aaaron Upinsky, pourquoi les journalistes ne parlent-ils pas TOUT SIMPLEMENT de littérature ?…

Il est toujours triste de voir qu’aucun académicien n’a eu le bon goût littéraire de voter pour Olivier Mathieu (voyez, plus loin, des textes de celui-ci).

Nous, nous renvoyons surtout – au sujet du dernier livre en date d’Olivier Mathieu, qui est paru il y a quelques jours – à cet excellent billet, sur le blog d’un jeune écrivain breton :

http://sebguillet.fr/2016/pamphlet-drole-devastateur/

*

2

*

3

*

ANNEXES

Voici aussi un article du Figaro (avril 2011) consacré à Olivier Mathieu:
« Candidat à l’habit vert, il sait discourir en vers ».
« Depuis la mort de Cocteau, il n’y a plus guère de poète à l’Académie française. C’est ce qu’a dû penser Olivier Mathieu, candidat au trentième fauteuil. Hier, jour d’élection, quai de Conti, il distribuait un tract où l’on pouvait lire un poème en alexandrins consacré à Maurice Druon. C’était l’éloge que, s’il était élu, le candidat se proposait de prononcer : « En ce jour d’hui, merci, pour l’immortalité/Que vous me conférez en m’offrant, respectable/Un auguste fauteuil… » Passons sur le nombre de pieds, un peu approximatif… Les 200 vers – ou peu s’en faut – évoquent la vie de Druon, Le Chant des partisans et Les Rois maudits. Mathieu rappelle l’hostilité de l’académicien à la féminisation du cénacle : « Il préférait sous la Coupole un mâle esprit. » Le dithyrambe est aimablement dédié « aux académiciens, aux bouquinistes des quais de la Seine, aux passants ». On ne fait pas plus bucolique. Les immortels sont-ils restés insensibles au lyrisme de Mathieu ? Ont-ils été choqués de voir un candidat aller vite en besogne, s’imaginant déjà élu ? Le rimailleur n’a recueilli aucune voix et c’est Danièle Sallenave qui a été élue au premier tour. C’est à elle qu’il reviendra de prononcer l’éloge de Maurice Druon. Certainement en prose. Quant à Mathieu, il ne lui reste, pour se consoler, qu’à relire Baudelaire, son frère d’infortune : Exilé sur le sol au milieu des huées /Ses ailes de géant l’empêchent de marcher »…
Première page du Figaro, Etienne de Montety, 8 avril 2011.

*

4

*

5

*

A LIRE et à relire !!!
 Olivier Mathieu, « Réflexions sur les ratés », préface à l’anthologie poétique d’Emile Boissier établie par Jean-Pierre Fleury,  2008:
http://www.scribd.com/doc/38323417/Emile-Boissier-preface-d-Olivier-Mathieu-reflexions-sur-les-rates
Marie de Vivier (1899-1980), texte intégral du roman « Cent pages d’amour », Paris, 1971, dont le personnage est Olivier Mathieu:
http://www.scribd.com/doc/38324073/CENT-PAGES-D-AMOUR-Par-Marie-de-Vivier-roman-sur-Olivier-Mathieu-dit-Robert-Pioche
Jean-Pierre Fleury, « Des pommes bleues au pays d’Avalon »:
http://www.scribd.com/doc/38324941/Au-Sujet-d-Olivier-Mathieu-Dit-Robert-Pioche-Par-Jean-Pierre-Fleury
Olivier Mathieu, « Le Pauvre cœur », 2008 :
http://www.scribd.com/doc/38323693/LEPAUVRECOEUR
Olivier Mathieu, le « Passage à niveau », roman, préface de Jean-Pierre Fleury, docteur en sociologie de l’Université de Nantes :
http://www.scribd.com/doc/38397663/Olivier-Mathieu-le-Passage-a-niveau-roman
Olivier Mathieu, « Le Sacrifice », 2009 (format PDF) :
http://www.scribd.com/doc/38312576/LeSacrifice
Cliquez aussi sur :
http://www.fattore.com/LeSacrifice.htm
http://www.fattore.com/CL.htm
http://www.fattore.com/Mari.htm
http://www.fattore.com/Chambre.htm
http://www.fattore.com/Gertrude.htm
http://www.fattore.com/Dames.htm
http://www.fattore.com/Cicatrice.htm
http://www.fattore.com/Poesies.htm
http://www.fattore.com/CentPagesDamour.htm

 *

6

Publicités

From → divers

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s