Skip to content

WIKIRIQUIQUI SUITE

18 février 2016

C’est très « amusant ». Aussitôt que le Quichotte écrit des choses sur son blog, au sujet d’Olivier Mathieu, des « génies » vont aussitôt corriger leurs fautes sur le pseudo-article qui, sur Wikipédia, lui est consacré.

Quelques petites remarques amusées, alors…

Bon, il ne faut pas trop en demander aux rédacteurs (« anonymes ») de l’article…

1. On lit : « Olivier Mathieu est le petit-fils de la femme de lettres belge Marie de Vivier, qui entama en 1930 une liaison avec l’écrivain belge André Baillon, qu’il présente dont comme son probable grand-père ».

Qu’il présente « dont comme » (sic) n’est pas de l’excellent français, disons…

2. Les savants (et « anonymes ») rédacteurs rédigent encore:

« Olivier Mathieu est de nouveau candidat, cette fois au fauteuil — le trentième — laissé vacant par le décès de Maurice Druon. Olivier Mathieu, en 1986, avait figuré avec Druon au même sommaire d’un numéro de la Nouvelle Revue de Paris. Lors de cette élection, il publie sur Internet un Éloge poétique de Maurice Druon en deux cents alexandrins en vers réguliers. Celui-ci est mentionné dans le Figaro du 8 avril 2011, en marge de l’élection académique de la veille ».

Deux erreurs en cinq lignes… Erreur grossière, parce qu’Olivier Mathieu en 1986 avait figuré au sommaire de la « Nouvelle Revue de Paris » n° 8 avec Jean Dutourd, pas avec Maurice Druon… Mais peut-être que les « savants » (et anonymes) rédacteurs de l’article confondent Druon et Dutourd ?…

Quant à dire que « l’Eloge de Maurice Druon » a été « mentionné » par Le Figaro, le terme « mentionné » n’est vraiment guère adéquat, puisque cet « Eloge de Maurice Druon » est le sujet intégral de l’article d’Etienne de Montety…

3. Quelques erreurs ont été corrigées sur l’article, les plus grossières. Bien d’autres demeurent. J’en publierai une liste, un de ces jours. On ne sait pas, par exemple, pourquoi les collaborations à des journaux dits « d’extrême droite » sont soulignées, même si elles remontent à il y a environ trente ans, mais en n’indiquant évidemment pas qu’Olivier Mathieu a en outre donné sa démission de ces journaux-là au bout de quelques semaines, ou qu’il en a été exclu. Aucune mention, ou presque, en revanche, de ses collaborations avec des journaux ou des intellectuels de gauche…

4. On ne sait pas par exemple pourquoi, parmi les préfaces d’Olivier Mathieu, la plus récente n’est aucunement signalée ; il s’agit de la préface d’Olivier Mathieu à l’anthologie consacrée par Jean-Pierre Fleury (éditions des Petits Bonheurs) au poète nantais Emile Boissier.

Bref, l’article, le pseudo-article consacré à Olivier Mathieu continue donc à être un tissu d’inexactitudes, de choses complètement fausses ou d’omissions…

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.