Skip to content

CANDIDATURES ACADÉMIQUES : MOINS GALACTIQUE ET PLUS « TÉLÉPATHÉTHIQUE ».

16 janvier 2016

Télérama de ce jour – Rubrique « Humeur » :

mit01 mit02

En commentaire :

Cher Monsieur,

Je ne suis pas vraiment surpris par votre ton qui sent fort le mépris pour les petits et l’intolérance pour tout ce qui n’est pas conforme à l’air du temps. Le dénigrement de l’établi confortable à la bonne table. De celui qui ne risque jamais rien. Et collabore à la « bonne marche » des temps présents.

Olivier Mathieu ne s’est jamais prétendu petit-fils d’André Baillon (ce qui de nos jours pourrait d’ailleurs se vérifier assez facilement) mais a suggéré, vu les relations qui furent celles de Baillon avec Marie de Vivier sa grand-mère maternelle, qu’il eût pu être son petit-fils. Marie de Vivier fut la dernière maîtresse d’André Baillon, ils tentèrent ensemble le suicide (ce qui démontre sans doute amour et complicité), et il est reconnu par les chercheurs que Baillon se rendait à Bruxelles pour rendre visite à Marguerite, future mère d’Olivier Mathieu. Donc si André Baillon a un petit-fils, c’est certainement Olivier Mathieu.

Olivier Mathieu n’a jamais été « négationniste », terme qui n’appartient pas à son vocabulaire; en outre il ne conteste nullement les souffrances des uns et des autres pendant toutes les guerres en général et la Seconde Guerre mondiale (souffrance chez tous les peuples, chez toutes les petites gens). 

Olivier Mathieu a écrit plusieurs dizaines de livres (dont plus d’un recueil de poésie et une vingtaine de romans). Il est l’auteur également de l’unique biographie sur Abel Bonnard à ce jour. Oui, et alors ? Laisseriez-vous entendre que tous les auteurs qui ont écrit sur Napoléon, Staline, Hitler, Mao ou Pol Pot soient bonapartistes, staliniens, hitlériens, maoïstes, pol-potistes ? Le livre d’Olivier Mathieu sur Abel Bonnard (mais l’avez-vous lu?) remonte en outre à 1989… Télérama a un certain retard pour effectuer une recension de l’ouvrage…

Petit détail en passant, détail d’importance, que vous ne signalez évidemment pas ou que vous ignorez : Abel Bonnard a été amnistié par la Justice française en 1960, comme le furent après-guerre d’autres « collabos » (tant de droite que… de gauche).

Enfin, quelle mansuétude pour ce cher Frédéric Mitterrand. Je doute fort que vous ayez un jour le courage d’écrire : «l’Académie française : le choix entre un poète-pouet-pouet [ça ne coûte rien et ça fait sourire certains, mais pas moi], un nazillon [ça ne risque rien et c’est même très bien vu] et un pédéraste [là, ça commence à craindre pour votre matricule et votre avancement] ? »

Jean-Pierre Fleury, docteur en sociologie de l’Université de Nantes, et actuel éditeur d’Olivier Mathieu.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.