Skip to content

Frédéric Mitterrand et Olivier Mathieu candidats à l’Académie française.

15 janvier 2016

Force est de constater que la toute récente candidature d’Olivier Mathieu à l’Académie française (s’y présente aussi Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture) n’a pas encore permis aux journalistes de dire beaucoup de choses exactes à son sujet. Olivier Mathieu continue en effet à être défini (mais les journaux se recopient les uns les autres, ou plus exactement recopient servilement une même dépêche de l’AFP) comme « essayiste », bien qu’il soit évidemment – pour qui connaît sa bibliographie – romancier, poète et humoriste avant que d’être « essayiste ».
« D’origine belge », insiste la presse, Olivier Mathieu aurait été « candidat à de nombreuses reprises, sous son nom ou sous le pseudonyme de Robert Pioche, il n’a jamais obtenu une seule voix sauf, une fois, en 2003 ».
Tout d’abord, le fait d’insister lourdement sur « l’origine belge » d’Olivier Mathieu est assez grotesque. A ce compte-là, d’ailleurs, Alain Finkielkraut est d’origine polonaise. En effet, Finkielkraut et Olivier Mathieu ont ceci en commun d’avoir été « naturalisés » français, la différence entre eux étant que Finkielkaut se sent Français de souche (sic), et pas vraiment Olivier Mathieu.
Mais surtout, quelle lourdeur dans la phrase : « il n’a jamais obtenu une seule voix sauf, une fois, en 2003 ».
Est-ce que les journalistes qui écrivent cela ont fait des études de journalisme ?… On leur souhaite en tout cas bien du plaisir pour obtenir eux aussi, un jour, ne fût-ce qu’une voix à l’Académie française. Comme l’a fait Olivier Mathieu, sous son pseudonyme de Robert Pioche, en 2003, face à l’ex-président de la République Valéry Giscard d’Estaing.
Et je ne peux quant à moi que conseiller la lecture des livres d’Olivier Mathieu, de ses romans, de ses recueils de poèmes. Cette lecture ferait beaucoup de bien aux journalistes.
Qu’on le veuille ou non, en effet, Olivier Mathieu a écrit davantage de romans que Frédéric Mitterrand !
Reste à voir maintenant si quelque académicien courageux votera, le 3 mars 2016, pour Olivier Mathieu, qui est un auteur indépendant et généralement condamné à ne publier que dans de petites, voire toutes petites maisons d’édition. Reste à voir qui, donc, saluera son talent, comme l’a fait récemment Etienne de Montety, directeur du « Figaro Littéraire », en première page du « Figaro » (8 avril 2011).

UNE du FIGARO 8 avril 2011
Reste à voir si Alain Finkielkraut parlera d’Olivier Mathieu, le 28 janvier, à l’Académie. Qu’on n’oublie pas, en effet, qu’Olivier Mathieu s’est présenté, en avril 2014, sous le pseudonyme de Robert Spitzhacke, à l’élection qui fut remportée par Finkielkraut. La presse et France Culture avaient parlé de cet excellent et sympathique canular littéraire !

Jean-Pierre Fleury,
Docteur en sociologie de l’Université de Nantes,
auteur en 2009 d’une biographie (400 pages) d’Olivier Mathieu, « Olivier Mathieu dit Robert Pioche, le dernier romantique ».

Publicités

From → divers

Commentaires fermés