Skip to content

FINKIE EN BICORNE, ça vaudra le coup d’oeil non ?! Par Olivier Mathieu

11 janvier 2016

(quatrième chronique finkielkrautienne avant le discours de réception du Maître)

Le 28 janvier 2016, jour dédié au philosophe et « boeuf parlant » saint Thomas d’Aquin, l’élu Alain Finkielkraut dit Finkie en bicorne prononcera un discours… de cape et d’épée ?

Le mois de janvier 2016 va être chargé pour Alain Finkielkraut.

Le 21 janvier 2016, l’élu Finkielkraut sera installé (comme on dit en langage académique) au cours d’une cérémonie à huis clos, à l’Académie française. Entouré de ses deux parrains – ceux qui, ensuite, l’entoureront sous la Coupole du quai de Conti– il lira son discours et entendra celui que ses pairs lui adresseront, tout cela devant une « commission restreinte » de l’Académie, composée du bureau de l’Académie, et de quelques autres confrères désignés. Ensuite, il prendra séance à son fauteuil.

Une question: un mot du dictionnaire sera attribué à Alain Finkielkraut. Lequel ?

Toujours le 21 janvier, Finkielkraut l’élu va recevoir une médaille de l’Académie frappée de la devise « à l’Immortalité », et gravée à son nom.

Ensuite, le 28 janvier, lors de la séance publique, l’élu se sera probablement fait confectionner un costume avec broderies (c’est ce que l’on appelle l’habit vert), et l’on devrait donc voir un Finkie en bicorne, avec sa cape et son épée. Il prononcera alors un discours de cape et d’épée, censé être un discours de remerciement, dans lequel Alain Finkielkraut, né polonais et naturalisé français, ne devrait point omettre – en bonne logique académique, du moins – de prononcer l’éloge de son prédécesseur, l’écrivain belge et naturalisé français Félicien Marceau.

La réception solennelle aura lieu, évidemment, sous la Coupole, en présence d’un public invité. Dès lors, l’académicien Finkielkraut aura droit aux honneurs militaires. Un détachement de la Garde républicaine sera de service, ce jour-là, à l’Académie. Le public se lèvera à l’entrée des académiciens et le président de cette séance (tenue le jour qui est, sur le calendrier, celui du « boeuf parlant » saint Thomas d’Aquin) ouvrira la séance par les mots rituels : « La séance est ouverte ; la parole est à Monsieur Finkielkraut pour la lecture de son remerciement ».

Lequel lira son remerciement.

Que je lirai ensuite et commenterai avec le plus grand soin.

Olivier Mathieu.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés