Skip to content

LES PENSÉES DU JOUR : LUME DE RAHAT.

31 décembre 2015

Dans notre monde-de-merde, un bon-à-rien vaut et voudra toujours mille fois mieux qu’un prêt-à-tout.
De même que le portrait d’un mort anonyme sera toujours mille fois supérieur au selle-fis d’un pseudonyme en ligne.
Ou l’avis réfléchi d’un créateur sur les borborygmes d’opinion d’un spectateur.

Dans un monde du prêt-à-porter et du prêt-à-penser, il n’y a jamais eu autant de conformistes « déjantés », de ronronneurs « atypiques » et d’insipides « hors-normes ». Autant de « rebelles » de réclame, faits-sur-mesure. Pour mieux dompter les vrais, les rendre muets ou les enfermer.

Dans un monde fou et « de légendes », qui a perdu tout sens de l’Histoire, de l’Art et du Sacré, et par là même toute notion de la mesure et de la vraie grandeur humaine, le moindre fait anecdotique, en n’importe quel domaine, de préférence insignifiant (sport, spectacle « de variétés » sic, « vie » des nantis…) acquiert, et cela dans l’instant médiatique et « universel » même, la vertu d’être « historique », « mythique », « culte » (… au moins 24 heures).

Dans le même temps, les grands prêtres du Veau d’Or déconstruisent, atomisent, détruisent le Monde et l’Homme, avilissent les âmes et nous imposent les mythes grotesques d’un progrès technologiste immuable, immanent, consubstantiellement bon, bien et beau (comme à Hiroshima), et d’un obligé holocausticon de l’artisanat diabolique unique et incommensurable.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés