Skip to content

ET TOUT LE BATACLAN — XXVIII

28 novembre 2015

Les pitres socialos, grands chantres et chambellans des Droits de l’Homme dont ils nous rabâchent les oreilles continuellement, les « petits fachos de gauche » du gouvernement passent outre officiellement à la Convention européenne des Droits de l’Homme.

Les terroristes ils s’en foutent, le Parlement même, le législatif autre lieu de pouvoir, ils s’en foutent ; c’est le peuple sans pouvoir ou au pouvoir continuellement bafoué qu’il convient de mater, comme en d’autres temps d’autres lieux. Le néo-stalinisme « à la franchouillarde » est en marche. Que tout ça est le bienvenu pour eux. Hasard des attentats ? Manipulation ? Malchance ?

Ces gens sont doublement odieux car ils agissent comme la droite bien à droite mais en se présentant (encore) comme des gens « de gauche », « sociaux », « de progrès ». Et nous emmerdent par ailleurs avec toutes leurs « réformes » de tordus, leurs mesures de salauds, leurs dégueulasseries quotidiennes de déconstruction de notre pays, de perversité politique, de lèche-bottisme pour l’Empire.

Et il y a encore des abrutis pour voter pour eux « contre la droite » et pire « contre les méchants fachos ». Mais ils sont là « les fachos », tout autant qu’à l’extrême-droite.

Que disent d’ailleurs les « antifascistes » de ces merdes ambulantes et déambulantes ?

Si ça dure, tout est réuni pour une dictature totale ou la guerre civile ; ce serait quand même étonnant que quelques nerveux (je ne parle pas ici des « terroristes patentés ») ne se manifestent pas d’une manière ou d’une autre, à un moment ou à un autre. L’engrenage est lancé. En fait, il est lancé depuis quelques années et s’est accéléré avec l’arrivée de l’être informe, du sous-doué, de l’immonde qui tient ses bureaux à l’Élysée !

Ces êtres « socialistes » imbus de leur supériorité, sont foncièrement médiocres et diaboliquement dangereux, quasi fous. Hystériquement possédés du diable de la répression. Aussi fous que les malades dits islamistes.

Ah ! mais malgré tout, il faudrait les entendre, ces « socialos », toute cette petite gauche et extrême-gauche itou, ces « anti-fachos », ces cloportes, si c’était la droite qui avait agi ainsi.

Qui peut encore se sentir tenu de respecter un État qui n’est plus respectable, qui est de moins en moins un État de droit ? Et un président de la République qui est la honte du pays ! Mais qui s’accroche comme un morpion.

Que nous disent les rues ?

Pour l’instant, je n’y entends que quelques originaux déclarer :

« Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. » (article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen)

Et de plus loin encore :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » (Constitution «montagnarde» de 1793, article 35)

Restreindre les libertés de tous et passer outre le judiciaire (certes lui aussi bien mal en point), ce n’est pas augmenter la sécurité générale au détriment de quelques illuminés violents, mais restreindre les libertés de tout un chacun, y compris du judiciaire (l’un des trois lieux de pouvoir).

Publicités

From → divers

Commentaires fermés