Skip to content

Après "la révolution permanente" (Trotsky), "le coup d’état permanent" (Mitterrand), l’état d’urgence reconductible, autrement dit permanent ?

25 novembre 2015

La Guerre, c’est la Paix ; la Dictature, c’est la Liberté !…

Très vieille rengaine maintenant. Mais pas encore usée, la scie !

Que l’occasion est belle, c’est mieux qu’avec les révisos, Dieudo ou Charlie !!! Enfin le "p’tit Stalino, tête de veau" qui respire la haine de classe bourgeoise, l’apparatchik "p’tit facho", fils lui-même d’une riche famille de fachos du côté du père (et non de républicains espagnols, comme il aime à le dire, le menteur) et d’une riche famille de colons du côté de la mère, en fait d’extase, des pollutions nocturnes et donne toute sa mesure, bien aidé par le franc-maç de l’Intérieur et le dangereux abruti médiocre élyséen.

Morceau d’anthologie socialo-totalitaire :

Ce n’est pas une privation de liberté. C’est un instrument qui nous permet deux mois supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Les perquisitions sans autorisation judiciaire et l’arrestation au domicile pendant douze heures. A la fin de l’état d’urgence, dans trois mois, nous déciderons si nous prolongeons ou si nous créons de nouvelles lois ad hoc“.

Nous déciderons : le Peuple ? Et si nous, on décidait de te virer ?

Cela fait des années et des années que je déclare, sous l’incompréhension, le sarcasme et au moindre mal les rires amusés et entendus des crétins "de gauche" de base, bornés "antifascistes, antiracistes, anti-négationnistes (comme ils disent)" : l’antifascisme c’est du fascisme inversé (moins fascisme historique que synonyme de barbarie, dictature, totalitarisme, régression dans tous les domaines, ceux des libertés et de la morale entre autres, dans le but de gérer au mieux le régime d’exploitation capitaliste).

Ils sont où présentement les anti-fachos ? Qu’ont-ils à dire sur le "p’tit socialo-facho" de moins en moins de banlieue ?

La petite gauche franchouillarde (beurk, quelle horreur !), je me répète encore c’est un milieu soutenant dès le XIXe siècle et très majoritairement le colonialisme, c’est Briand (surnommé Briand-ficelle, le combinard et opportuniste type) belliciste en 1914-1918 et au final prix Nobel de la Paix, c’est le Cartel des Gauches organisant la Guerre (coloniale) du Riff, c’est le Front Populaire ne soutenant pas la Révolution espagnole, c’est pour un bon nombre le vote des pleins pouvoirs à Pétain, c’est Jules Moch créant les Gendarmes Mobiles pour mieux mater les grèves ouvrières de l’immédiat après-guerre, c’est Mitterrand déclarant qu’on ne lâcherait rien face aux terroristes (sic) du FLN, c’est Mendes-France et Guy Mollet à deux doigts de faire une guerre à propos du canal de Suez en soutien au colonialisme sioniste, c’est la loi Fabius-Gayssot… Quelques exemples parmi les plus connus de l’Histoire de France contemporaine.

Cela "vaut bien" (en mal) la pire des droites !

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.