Skip to content

ET TOUT LE BATACLAN — XXI

20 novembre 2015

Question que se poseraient "sous le sceau de l’anonymat" (media dixit), ah, ce cher anonymat ! des milieux policiers (et moi aussi d’ailleurs) :

Quel est le sens à donner à l’autodestruction, à peine entendue du voisinage, de certains illuminés kamikazes du côté du Stade de France, intervenue ni au moment des entrées ni au moment de la sortie des spectateurs, et qui n’a fait qu’une malencontreuse victime qui a dû passer au mauvais moment vraiment là tout près ? Et de celle qui dans un café n’a fait aucune victime ?

Grand amateurisme ? J’en doute. On dirait que ça n’a aucun rapport avec les fusillades sur les terrasses de café et au Bataclan.

"Ça n’a pas de sens… On dirait des suicides", ont ajouté certains, y compris dans la police.

"On peut être zigouillé à distance de nos jours, à l’ère des drones et autres télécommandements électroniques ; suffit de pouvoir déclencher la mise à feu en mettant ce qu’il faut dans les affaires des petites-têtes" ont surajouté de perfides "complotistes".

Ben quoi ! On a bien vu une tour américaine tomber toute seule, bien droite et impeccable en quelques secondes, du simple souffle diabolique des ailes de deux avions "terroristes" passés à proximité, et encore plus fort : plusieurs heures après, un certain Onze Septembre… ajouterais-je, totalement atteint de mécréance pour ne pas dire du syndrome anti-impérialiste. Quasiment une pathologie mentale de nos jours.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés