Skip to content

ET TOUT LE BATACLAN — XVII

19 novembre 2015

FRANÇAIS ENCORE UN TOUT PETIT EFFORT… VOUS ÊTES QUASI MÛRS POUR LA DICTATURE…

Aux armes, citoyens ! Formez vos bataillons…

Le jour de gloire est arrivé !…

Ah, ah ! Ah, ah, ah…

– Je lis sur les gazettes électroniques :

« L’état d’urgence fait tiquer les défenseurs des libertés publiques. »

Des farfelus ou des irresponsables sans aucun doute puisqu’ils seraient contre les assignations à résidence, les perquisitions administratives (sans intervention de la justice, sans mandat) potentiellement à l’encontre de tout un chacun, ainsi que la dissolution de « groupes radicaux » dont la définition politique et non-judiciaire (pour des délits) est laissée à la libre appréciation des fantoches de l’Empire qui nous gouvernent, enfin de l’arbitraire total, de la non-séparation des pouvoirs. Et de la censure si nécessaire. Mais pour la censure et la propagande on peut déjà faire confiance aux media habituels, et à la triste caste journalistique, qu’ils soient publics ou bien « privés »…

– Ce qui laisse entendre d’ailleurs que pour tous les autres… tout va bien.

Ce qui est le cas puisque « selon un sondage [ces merveilleux « sondages représentatifs » qui manipulent ladite « opinion publique »] publié mardi, 84% des Français se disent prêts, après les attentats, à accepter davantage de contrôles et une certaine limitation de leurs libertés, pour mieux garantir leur sécurité. »

Remarque en passant. De leurs libertés, pas de la liberté des criminels que l’on laisse courir dans la nature, ou « sous contrôle » mais non contrôlés, etc. Mais il est vrai également que la prison est le meilleur endroit pour se monter la tête (brumeuse) en groupe et organiser des séminaires permanents de propagande dite « islamiste ».

– Ce qui finalement ne change pas grand chose à la mentalité moyenne d’un français, fort en gueule de loin et dans le dos des puissants, mais amorphe et mouton de la première heure des causes tordues comme on l’a vu en janvier dernier. Ou comme il y a des années quand on nous imposait des plans Vigi-pirates jusqu’à l’entrée des bagnes de l’esclavage volontaire salarié. Enfin, cette fois-ci on échappe à des défilés néo-totalitaires pour « la défense de la liberté d’expression » aux noms des interdits, des censures, des propagandes et des terrorismes d’État. Et en compagnie de divers despotes sanguinaires et bellicistes de la Terre.

– Tout ceci me fait invariablement penser à tous ces « démocrates » qui ne sont pas pour la représentation politique proportionnelle car « autrement ça serait trop compliqué ou trop magouilleur ». Ou laisser la porte ouverte aux « mauvais »…

Point de vue qui n’est présentement que celui du Capital, de la Finance internationale et de l’Empire américano-sioniste.

Et comme si ça n’était déjà pas la magouille et le monde mafieux généralisé.

Mais c’est sûr aussi que la dictature, c’est par bien des côtés, plus simple ; et que faire taire les gens « à la source », les rares qui l’ouvrent ou qui osent l’ouvrir en fait, c’est plus pratique pour imposer son « point de vue » étatiste. Point de vue bien fragile finalement pour avoir peur de « deux pelés, trois tondus » de contestataires ou de dissidents.

D’ailleurs cela peut être, à la fois, et la dictature et le bordel, comme on le voit avec le répugnant numéro de cirque « gauche-droite » depuis une éternité ou rien n’avance, auquel on ne peut échapper, ou duquel on ne peut sortir.

On a déjà eu la loi Fabius-Gayssot, puis bien plus de nous l’interdiction « préventive », en préalable de tout délit, d’un spectacle d’un comique, puis une volonté de tout contrôler sur Internet sous le couvert non de l’action judiciaire mais du « recours administratif » expression charmante (comme pour lutter contre les éléments contre-révolutionnaires en d’autres temps et autres lieux)… * Et dans le même genre d’idée finalement, le passage outre à un certain référendum de la part de la maffia politique.

 

Et l’interdit, l’anathème et la chasse aux sorcières (jusque dans les écoles et presque jusqu’à la maternelle) pour défendre ladite « liberté d’expression » des charlots… On a déjà vu tous les petits stalino-trotsko-maos politico-médiatiques (et autres « antifascistes » et « antiracistes » pitoyables ou au mieux naïfs) se démener en ce domaine…

***

La dictature « pour défendre nos libertés », comprenez-vous le grotesque de la situation ? on en approche à grand pas. Au nom du Bien et du Juste, voire du Bon, du Beau, du bonnet. Du gros bonnet. Et surtout pour les beaux yeux de l’impérialisme belliciste et destructeur de civilisations depuis des années.

On connaît la chanson !!! Et ce n’est même plus celle des lendemains meilleurs, quand on rasera gratis ! Il est bien loin l’Âge d’Or !

À quand les lettres de cachet ?!

Que veut cette horde d’esclaves,

De traîtres, de rois conjurés ? …

De vils despotes deviendraient

Les maîtres de nos destinées ! …

*

Tremblez, tyrans et vous, perfides,

L’opprobre de tous les partis ! …

*

Français, en guerriers magnanimes

Portons ou retenons nos coups !

Épargnons ces tristes victimes,

A regret, s’armant contre nous ! …

Pantins, polichinelles ! Pignoufs tordus, décadents ennemis du peuple.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.