Skip to content

S.T.O.

8 novembre 2015

Des chercheurs américains ont fait une incroyable découverte : le travail use, surtout le travail subi, obligé, pour ne pas dire obligatoire et monnayé. Et l’ennuyeux, stressant ou fatigant, subissant l’autorité ou n’importe quelle condition de travail, i.e. une bonne part du travail prolétaire et assimilé. Et raccourcit d’autant l’espérance de vie de chacun.

Moi, des recherches comme ça je veux bien en faire tous les jours; même à l’œil. Ce genre de chose me fait toujours penser au Grand Bourdieu, le pape que dis-je le dieu vernaculaire du bourg des sociologues distingués, déclarer sur 500 pages, sans rire et surtout dans un langage totalement abscons qu’il valait mieux, si je puis dire, être riche et bien portant que pauvre et malade, pour se faire une place bien bourgeoise au soleil (cf. La Reproduction ramassis de lieux communs, masqués sous les noms ronflants d’ethos, d’habitus, e tutti quanti).

Bourdieu, le sésame de la sociologie franchouillarde, était un ponte presque aussi drôle que Lacan, un ronronnant, un mandarin comique sans le savoir, ou (qui sait !) en le sachant très bien ou trop bien. La preuve, c’est que ses écrits non jamais rien apporté dans le domaine de la réelle contestation sociale. Et qu’il n’a jamais été autre chose qu’un petit socialo ou quelque chose de ce genre.

On sait depuis Marx (pas le général français, ni l’entomologiste allemand ou le compositeur autrichien, pas plus que Chico, Harpo, Groucho, Gummo ou Zeppo*) que ce n’est pas son travail que le salarié vend ou plus exactement loue (généralement à vie) à l’esclavagiste capitaliste, mais sa sueur et son sang, ses mains et ses bras, son cerveau parfois, enfin sa force de travail. Dès le plus jeune âge et jusqu’à ce que mort s’en suive si nécessaire.

50.000 morts pour construire le canal de Panama au XIXe siècle. Combien de morts par coups de grisou ? Combien de morts au travail de nos jours encore dans quelques contrées exotiques et loin des media. Combien d’amérindiens exterminés "collatéralement" en toute impunité dans la destruction de la forêt amazonienne ? Combien d’esclaves au sens ancien du terme ici ou là ?

Enfin, il est toujours bon de rappeler que le travail, du moins le travail courant, subi, alimentaire… use, abîme et tue avant l’âge. Ça fait des retraites de moins à payer. Et pas même besoin de camps de travail pour ça.

Et plus encore ruine ce qui pourrait faire la grandeur et la poésie de la vie.

Perdre sa vie à la gagner. Voilà une vérité vraie.

* je rappelle ici encore que je serais plutôt marxiste de la tendance Groucho.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.