Skip to content

RÉCLAME

14 septembre 2015

Ce n’est pas souvent, mais aujourd’hui je conseille la lecture d’un blog que je viens de découvrir, c’est celui de Carole Chollet-Buisson, personne qui m’est par ailleurs totalement inconnue.

Je recherchais le nom d’un peintre qui avait fait un tableau énigmatique et inquiétant montrant un serpent dans un vieil escalier de bois comme celui de mon enfance qui était si sombre la nuit venue, si propice aux peurs irraisonnées lorsque je passais à mi-étage devant une fenêtre nocturnement démunie de volets, et si propre à lâcher tant et plus de monstres à ma poursuite. Terreurs enfantines !

J’ai tapé : « tableau, escalier, serpent ».

J’ai trouvé : http://www.chemindesjours.com/

Et j’ai lu au hasard et regardé les photographies du blog sur lequel nom et prénom du peintre dormaient.

Il y a beaucoup de poésie, de nostalgie et tellement d’attachement à tant de petites choses de la vie qui fuient (ou qui fuit) et qui ne sont remarquées que de certains.

J’y retrouve, proche de moi, une façon de regarder et de s’émerveiller de petits riens, de rouvrir la boîte à souvenirs entretenus qui ne demande que ça, de thèmes enfin communs aux miens. Un esprit féminin ? Esprit d’enfance jamais morte ?

Le peintre ? Il s’agit de Pierre Roy (1880-1950). Le tableau ? Danger dans l’escalier. Dont il existe apparemment au moins deux versions. L’une de 1927 :

 Pierre-Roy-Danger-on-the-Stairs-1927

L’autre de 1928 :  roy_pierre-danger_dans_l_escalier~OM099300~10257_20130612_16425_187Cette dernière est une huile sur toile de 33 x 22 cm. Ce tableau, qui a été exposé en mai 1953 dans une « rétrospective Pierre Roy » au Musée des Beaux-Arts de Nantes*, est actuellement dans une collection privée.

* En ce moment même, en totale réfection et agrandissement et très prochain banal « Musée des Arts de Nantes », car comme chacun sait les arts contemporains n’ont plus rien de beaux en ces temps technologistes et utilitaristes décatis et totalement apoétiques.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés