Skip to content

Mieux encore que le simple boycott.

21 août 2015

Il est des petits mais salutaires pas franchis dans la dénonciation publique du régime colonial, raciste et terroriste sioniste.

Par exemple, celui qui consiste à interpeller et demander quelques comptes à des personnes connues du monde du spectacle et des divers cercles de la sous-culture commerciale impériale.

Les responsables du festival Rototom Sunsplash, festival espagnol comme son nom ne l’indique pas, n’a pas désiré qu’un sioniste avéré (du moins c’est ainsi qu’on le présente) participe "à la fête".

Cinq autres "artistes" ont d’ailleurs déclaré que "c’était lui ou eux" et qu’ils refusaient de participer au même festival que le sioniste.

Ce dernier est un juif américain dont le nom de scène est Matisyahu (Mathieu en yiddish). C’est un "artiste" de la catégorie de toute cette flopée de monde qui me laisse totalement indifférent. Un chantailleur sous-reggae du genre "râpeux" ou "bruiteur" me disent les "spécialisses".

Ce Matisyahu a longtemps frayé avec le mouvement ultra-orthodoxe Loubavitch, mouvement qui, par un curieux retournement d’idées, est passé de l’antisionisme radical au sionisme également radical au cours du temps. Comme quoi tous les juifs orthodoxes ne sont pas nécessairement antisionistes et pro-palestiniens.

Les premiers Loubavitch, originaires de Biélorussie, ceux du XIXe siècle, défendaient l’intégration des juifs dans la société y compris dans les usines et dans les champs ; ce qui n’était pas si courant pour ce qui concerne les métiers prolétariens. Et s’opposaient à toute idée sioniste. Moins par conviction politique, bien évidemment, que parce que, pour eux, le sionisme et la notion de "terre sainte ou ancestrale" étaient encore des hérésies.

Pour quelle raison ce revirement ? Le Veau d’Or sans doute, comme d’habitude, ou un entrisme de malfaisants; ou plutôt un entrisme malfaisant du pognon malfaisant de même.

Savez-vous que les crèches Loubavitch parisiennes sont subventionnés par la mairie de Paris ; et pas pour une petite somme ?

Savez-vous aussi que d’autres officines du même acabit, du style camps de jeunesse, plus ou moins para-militaires, en Israël sont subventionnés sans bruit par la CAF ?

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.