Skip to content

LES DIRIGEANTS GRECS VEULENT DEMANDER AU PEUPLE SON AVIS : QUEL GOUVERNEMENT DE SALOPS !

29 juin 2015

Ironie de l’histoire, c’est dit-on la Grèce athénienne qui a inventé la démocratie, ou du moins une forme de démocratie ; celle de l’agora mais aussi, il ne faut pas s’en cacher, celle des possédants et dominants de l’époque, d’un type largement aristocratique et commerçant (et même esclavagiste), un peu ce que sera bien plus près de nous la République de Venise ou celle de Genève qui n’avaient certainement pas toutes les vertus.

Cela dit la Grèce antique nous a au moins légué  ce  mot  δ η μ ο κ ρ α τ ι ́α qui a donné democratia en bas-latin. Et qui veut dire : pouvoir (kratos) du peuple (dêmos). Ce « gouvernement du peuple » qui chez nous n’est plus ou n’a jamais été un « gouvernement du peuple, par le peuple » mais un « gouvernement du peuple, sur le peuple ». Comme la dictature du prolétariat (loin du gargarisme des mots ronflants ou creux) n’a jamais été que la dictature d’une caste de la bourgeoisie sur et contre le prolétariat et les intellectuels non serviles.

Un exemple maintenant célèbre de la pseudo-souveraineté du peuple est ce référendum du Non français bafoué par la classe, la caste des politicards.

De multiples exemples sont ces refus totalitaires réitérés, de gauche comme de droite, de légiférer par référendum sur tous les sujets de société importants.

Un exemple encore plus éclatant et totalement à découvert est ce qui vient de se passer et qui vient d’être annoncé sous cette forme par les gazettes de la servilité : « L’Eurogroupe [curieuse expression] rejette l’idée [sic] du référendum grec. Les versements à Athènes cesseront mardi ».

Le chantage au peuple ! Et à l’apocalypse sociale. Le chantage « démocratique » au nom de cette « vérité » : le peuple est par essence et en son entier, bête, obtus, ignorant, populiste, fasciste, poujadiste dirait-on en France.

« Si le peuple est mauvais, il faut en changer ! » a dit par ironie B. Brecht autrefois dans je ne sais quel écrit.

C’est totalement vrai et tellement vrai que c’est bien pour ça que depuis des années la bourgeoisie mondialiste impose aux peuples européens une immigration non-européenne. Bien évidemment sans en référer aucunement aux indigènes qui en ignorent généralement les modalités concrètes. Mais qui en prennent conscience plus tard, c’est-à-dire trop tard, et à leurs dépens.

La démagogie (autre mot d’origine grecque), la démagogie destructrice de civilisation, la démagogie « blancs, blacks, beurs » mondialiste, métisseuse et uniformisante vers le bas, est fort heureusement passée de mode, du mois chez Populo. Mais l’on peut se dire que si le régime libyen passé a été estourbi, c’est aussi en bonne part pour mieux déverrouiller l’immigration sauvage. Un colonialisme d’une forme nouvelle. Pour l’énoncer un peu crûment : la bourgeoisie européenne décadente et destructrice et aux abois lance les loups dans la bergerie. Un peu plus de confusion, de conflits, de désordre, de déclin, de barbarie sont proposés aux peuples européens médusés ; prémices propices à l’éclosion de la dictature mondiale intégrale.

Donc ces salops d' »élus du peuple » grec(s) veulent en référer au peuple et lui demander son avis !!! Quelles ordures, quels populistes, quels ennemis de la « noble démocratie représentative », quels « fascistes » ! Non seulement on ne saurait tolérer un Non indigne ânonné par des moutons irresponsables poussés par des brebis galeuses, mais aussi l’idée même absurde et réactionnaire d’un référendum !

Les peuples d’Europe, pris en otages comme jamais, finiront-ils par se révolter contre ce chancre bourgeois, contre cette dictature « démocratique » mondialiste et capitaliste ; et vont-ils prendre réellement le pouvoir ?

Comme Octave Mirbeau le rappelait : « La démocratie, cette grande pourrisseuse, est la maladie terrible dont nous mourons. »

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.