Skip to content

PRISE DE RAIE NOIRE AU COLLET DU HARCÈLEMENT JUDICIAIRE !

22 juin 2015

L’insignifiant clone humain dénommé Collet, un Collet démonté qui serait à l’origine d’une croisade pisciphobe et de l’inculpation de Raie Noire, et donc qui serait cause de sa récente condamnation à deux ans de prison ferme du côté d’Avranches a ânonné ceci : « il faut absolument ne pas laisser nos adversaires, les adversaires de cette Liberté, les adversaires de cette Démocratie s’exprimer librement ».

Mon commentaire est déjà inscrit en grande partie dans les premiers mots de ce billet. Juste à ajouter… Vieilles rengaines et paradoxes : « qui n’est pas avec nous est contre nous, etc. » (voir de précédents articles) ; « pas de liberté pour les ennemis de la Liberté » ; ou « pour les ennemis du Peuple et les contre-révolutionnaires »…

Enfin, ce délire totalitaire a au moins la vertu de montrer pour notre époque la fadaise des mots « liberté » et « démocratie ». Collet n’a pas osé « liberté d’expression » mais c’était probablement sous-entendu dans la Liberté en général. À moins que les libertés n’aient rien à voir avec la Liberté, du moins avec la Liberté du collet. Qui me semble assez proche d’une certaine statue du même nom dont on fête aujourd’hui même les 130 ans. La statue d’un certain statut.

J’y vois quelques ressemblances aussi avec le célèbre « arbeit macht frei », les camps de travail en général et les hôpitaux psychiatriques pour « délits » politiques ou d’opinion. Je ne dis pas cela au hasard puisque j’apprends qu’un procureur également pisciphobe veut soumettre Raie Noire (ce sera la seconde fois) à un examen psychiatrique ! Et je rappelle que la coqueluche médicale de la télévision (un certain gaucho-sioniste dénommé Cimès) voulait faire enfermer Dieudonné.

Comme quoi la démocratie du collet, celle qui prend au colbaque, n’a rien à voir avec le débat, la confrontation d’idées, la liberté totale d’expression ; et encore moins avec la synthèse ou le compromis.

Ajoutons, pour finir, qu’en appel la peine de Raie Noire a été ramenée à un an de prison ferme, non par souci de relatif apaisement, mais parce que les petits hommes qui avaient condamné Raie Noire ne connaissaient même pas leur Code. Le maximum de la peine (voilà un mot qui me fait toujours penser au pêché et au catholicisme) ne pouvait être que d’un an ! Nul n’est pourtant censé ignorer la Loi, surtout dans les tribunaux.

Il est un auteur (prolifique et oublié) qui avait tout bien compris et tout bien exprimé (entre autres) dans ces Traité de la Délation (1946), Traité de l’Intolérance (1947) et son Essai sur les trahisons (1951). C’est Roger Puthoste, dit André Thérive, alias Romain Motier.

Il a tellement tout exprimé et défini qu’il est très difficile de dégager de ses livres de courtes citations, on voudrait tout recopier, nous allons essayer quand même sous la forme de quasi aphorismes. Pris au hasard du Traité de l’Intolérance :

– La Démocratie ne peut tolérer que les démocrates ; ce qui est une lapalissade utile à rappeler.

– Partout la démocratie est une étiquette mensongère qui couvre une tyrannie : la tyrannie du nombre [j’ajouterais : amorphe, grégaire, conformiste], la suppression ou l’éviction des minorités. »

– La démocratie ne devrait s’appeler : non pas gouvernement par le peuple, mais gouvernement au nom du peuple.

– … punition éducative… C’est au nom de la Liberté que verbalisent les gendarmes et que grincent les verrous des prisons.

– On doit toujours promettre à son âne des carottes en non des coups de bâton.

– On a raison quand on a la force.

– L’épuration de l’histoire sociale, politique ou littéraire est un jeu d’enfant si on possède un corps d’universitaires dévoués.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés