Skip to content

Abel Bonnard — quelques citations…

27 mai 2015

extraites de L’Amitié :

C’est le drame et la beauté de ces sentiments que nous ne pourrons rencontrer de véritables amis qu’à la hauteur où nous risquons de devenir seuls, et l’on ne saurait en effet donner une plus forte idée des jouissances héroïques de l’amitié qu’en disant qu’elles consistent à respirer à deux l’air sublime de la solitude.

En face des masses sombres, des armées de la médiocrité, qui n’ont que des chiffons pour drapeaux, les passionnés, les délicats, les magnanimes, ne sont guère qu’une poignée, mais ils défendent des étendards immenses et si magnifiques que lorsqu’un d’eux tombe, il semble que la bataille s’éteint.

Le paradis des chrétiens est le paradis de l’amour, mais les Champs-Élysées des Anciens sont le paradis de l’amitié.

Si nombreux que soient les gens médiocres, il ne faut pas qu’ils aient le pouvoir de nous faire douter de ce qui les dépasse, et, pleinement convaincus du peu que valent tant d’hommes, nous ne devons jamais oublier ce qu’un homme peut valoir.

Il est certains printemps de nous-mêmes que nous ne pouvons connaître que par l’intervention d’un être et, autour des palais que nous avons bâtis, il est divin, alors, de voir éclater des jardins qu’il ne dépendait pas de nous de faire fleurir.

A mesure que l’on s’éloigne de la jeunesse et pour peu qu’on n’ait pas laissé les jours passés vainement, on apprend à vivre avec soi, et même de soi […] et nous avons si bien aménagé, varié, cultivé, approfondi notre solitude, que nous nous apercevons à peine que nous sommes seuls. De ce qui n’était qu’un désert, nous avons fait un empire.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.