Skip to content

GALERIE GAVARNI — SUITE

19 avril 2015

 190401

Série : Le Carnaval — Quand ils ne sont pas bien drôles, ils sont bien tristes. Gavarni / Brugnot

 190402

Série : Aux Champs —  » Épouse gazouilleuse auprès de son Seigneur  » (Lassailly). Gavarni /Brevière

Charles Lassailly (1806-1843) excentrique monté d’Orléans à Paris, fut un dandy « romantique frénétique », membre des Bousingos en compagnie de Nerval et de Gautier entre autres, ami de Gavarni ; auteur oublié, il fut journaliste littéraire, auteurs d’articles et de nouvelles parues en feuilletons ; il écrivit un roman : Les Roueries de Trialph, notre contemporain avant son suicide (en 1833, livre qui fut mal accueilli par la critique et qui obtint donc peu de succès), et des pièces de poésie dont un long poème de quatre cents vers : Le Cadavre. Son père, négociant endetté, se suicida en se jetant dans La Loire et son corps fut repêché quelques jours après, sur la côte près de La Baule. Il eut un frère Henri (1814-1859), également écrivain qui mourut à Saint Pétersbourg. Charles quant à lui, mourut fou, pensionnaire d’une maison de santé (sic), mystique dialoguant avec de grandes figures de l’Histoire.

Son roman débute ainsi :

« — Où allons-nous ?

« — Je vais à la mort… En attendant, je m’amuse à faire un livre, dont mon suicide sera le dénoûment [orthographe du temps].

« — Sur votre parole d’honneur, mon cher désespoir, vous aurez le courage de jouer cette facétie de drame-là ?

« — Oui.

« — Diable ! l’ouvrage se vendra… Avez-vous des recettes ?

« — J’en ai. »

Trois paragraphes plus loin :

« Donc, aujourd’hui, je fuis la justice commune des hommes ; et je roule, assis dans le coupé d’une Diligence, vers la mer, où je vais me noyer. Vous sentez bien que je dédaigne les horreurs de la Morgue à Paris, et qu’il est plus décent de m’éteindre au milieu des gouffres de l’incommensurable Océan, où nul m’aura mes os. »

Trialph, curieux nom qui me fait penser aux noms de certains personnages des Corneille comiques (je veux dire de pièces estampillées « Molière ») tels Chrysalde et Arnolphe de L’École des Femmes, Orphise des Fâcheux, Trissotin et Chrysale des Femmes Savantes, Trufaldin et Pandolphe de L’Étourdi, ou le contre-temps.

Trialph : tri alpha ? Trois A comme … Comme quoi, donc ? Comme Art, comme Amour, comme A… L’amour, il le connut surtout platonique et idéel, nous dit-on, l’amour de loin pour une comtesse entrevue.

Je ne sais pourquoi, mais ça me fais penser aussi (rien à voir pourtant) au titre du dernier album de Tintin où il est question d' »Alph-Art », d’art contemporain dont je crois Hergé était adepte ; ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux…

190403

Série : Présenteurs et Présentés — Gavarni / Brevière

— Qu’est-ce que c’est que ce Mo[s]sieu ?

— Un M’sieu, je crois, que ma mère a présenté à Jules

— Et ton étourneau d’époux ne te le présente pas ?… Il est bien ce Mo[s]sieu

190404

Série : Présenteurs et Présentés — Présenté par le mari.  Gavarni / Bara et Gérard (peut-être François Gérard, 1770-1837)

190405

Série : Boudoirs et Mansardes — Mon ami, je vous sacrifie tout ce que je dois au meilleur des époux. Si jamais vous me trompiez, Maurice, oh! ce serait bien mal !    Gavarni / Bara

190406

Série : Boudoirs et Mansardes — J’aurai voiture.    Gavarni / Brugnot

190407

Série : Chaînes des Dames — Ninie pense que les romans sont de mauvais livres, non pour ce qu’ils ajoutent à nos passions, mais pour ce qu’ils en ôtent.     Gavarni / Louis

190408

Série : Chaînes des Dames — Au moins si j’étais aimée comme toi! (Les femmes ont toujours l’ingénuité de comparer l’envers de leur amour avec l’endroit de celui des autres).    Gavarni / Piaud

190409

Série : Masques et Visages — Exposition des produits de l’Industrie.    Gavarni / Brunière

Publicités

From → divers

Commentaires fermés