Skip to content

CHEZ LES ZINZINS TOTALITAIRES AZIMUTÉS*, POUR NE PAS DIRE CES GRANDS MALADES DU CIBOULOT INTÉGRALEMENT TALMUDISÉS

28 mars 2015

Ils n’aiment pas être pris à leur propre jeu ces lumières du néant, ces esprits bismuthés. Ils sont graves les tarés et encore plus graves les juges d’instruction qui ne concluent pas tout simplement à un non-lieu ou pire : à une plainte abusive !

Existe-t-il des juifs normaux (et non-sionistes) pour les faire taire et étouffer leur nuisance ?

A – L’OBJET DU DÉLIT

Cet article (que je ne connaissais pas) paru sur Quenel+ le 12 avril 2014 :

Après Paul-Éric Blanrue et Dieudonné, la LICRA fera-t-elle interdire la Bible ?

La France s’est vue, en quelques mois, amputée de l’un de ses fondements que l’on pensait intouchable, inaliénable, intangible : la liberté d’expression et d’opinion. Deux faits marquant stigmatisent cette attaque exceptionnelle et le projet de « solution finale » envisagé à son encontre…

Tout d’abord, un jugement passé inaperçu dans nos médias dominants, et aujourd’hui oublié de manière quasi définitive, concernant l’interdiction à la vente du livre de Paul-Éric Blanrue, Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme, et la censure de quatre autres ouvrages édités chez Kontre Kulture sur demande de la LICRA.

Ensuite, l’ « Affaire Dieudonné », dont on ne fera pas le résumé ici, puisqu’elle a monopolisé durant des semaines toute la scène médiatique, mais dont on peut tout de même dire, sans avoir peur de se tromper, que tout l’appareil d’État (avec l’appui, une fois encore, de la LICRA, du CRIF et de toutes les associations « bien pensantes ») s’était mobilisé dans le but d’interdire à un artiste de monter sur scène.

Quelles plus flagrantes preuves que la liberté d’expression et d’opinion est sérieusement menacée au pays de François Hollande ?

Menacée, la liberté d’expression ? Il ne faut surtout pas se méprendre ; les auteurs et les lecteurs de Charlie Hebdo et autres torchons satiriques vous répondront que non, que la France est une grande démocratie dans laquelle la sacro-sainte liberté d’expression est vaillamment protégée et qu’ils se battent sans cesse pour la sauvegarder… Évidemment, quand il s’agit de donner la parole à des Caroline Fourest, à des Philippe Val (Ancien rédacteur en chef de Charlie Hebdo) et à son compère Patrick Font (ancien chroniqueur de Charlie Hebdo et camarade de scène de Philippe Val jusque dans les années 90) – pédophile avéré, jugé et condamné – à des BHL, à des Bedos fils… Lorsqu’il s’agit d’insulter la religion chrétienne en profanant des églises et en y simulant un avortement devant des paroissiens venus assistés à l’office, d’insulter l’islam en publiant les caricatures du prophète Mohammed et au lendemain-même d’émeutes provoquées par un film islamophobe, L’Innocence des musulmans, alors là oui, ils crient, ils hurlent tous à la liberté d’expression et d’opinion.

Mais quand il s’agit d’Alain Soral et des Éditions Kontre Kulture qui publient un livre de Paul-Éric Blanrue, de Dieudonné qui affiche clairement ses positions antisionistes et qui ose (ô crime des crimes) parler de la Shoah de manière humoristique et décalée, ou encore de Joe le Corbeau, qui administre un site internet sur lequel s’affiche clairement une pensée dissidente et réellement défenseur de la liberté d’expression et d’opinion, ça n’est tout à coup plus le même refrain : il faut les museler, les faire taire, les ostraciser… La défense de la démocratie devient soudain le levier de la censure, du bâillon et de l’autodafé…

Reprenons l’exemple du livre de Blanrue, qui illustre parfaitement cette chasse à la liberté d’expression, et aussi, il faut le dire, à la liberté de s’informer et de se cultiver…

L’ordonnance de référé du 13 novembre 2013 (tribunal de Bobigny), envoie au pilon l’Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue. En effet, le juge des référés de Bobigny a condamné Alain Soral et les Éditions Kontre Kulture à retirer ce livre de la vente et à en censurer quatre autres (Le Juif international d’Henry Ford, La Controverse de Sion de Douglas Reed, La France juive d’Édouard Drumont et Le Salut par les Juifs de Léon Bloy).

La LICRA […] a soutenu que la mise au pilon de cet ouvrage constitue une mesure nécessaire, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui

La LICRA reproche à l’auteur de ne pas commenter ces propos et ainsi de révéler habilement des « messages subliminaux » d’encouragement à la haine raciale

En quoi un livre peut-il attenter à la sécurité nationale ?! Et surtout, en quoi et au nom de quelle représentativité la LICrA s’octroie-t-elle le droit et la mission de faire interdire les livres qui ne plaisent pas à ses représentants ?!

Et si certains d’entre nous avions l’inopportune idée de retranscrire des passages d’un livre extrêmement bien connu qui dit tout simplement et clairement des juifs, qu’ils sont :

  • Un peuple mauvais et déraisonnable

  • Un peuple abruti

  • Un peuple insensé

  • Une nation coupable

  • Un peuple chargé de crimes

  • Une race de malfaiteurs

  • Des enfants vicieux

  • Un peuple qui aime le mal

  • Un peuple qui exècre la justice

  • Un peuple qui tord tout ce qui est droit

  • Qui construit Sion dans le sang

  • Des enfants de sorcières

  • Une race adultère

  • Une race prostituée

  • Des enfants désobéissants

  • Une race menteuse

  • Un peuple stupide

  • Des enfants sans cervelle

  • Expert pour faire le mal

  • Des rebelles endurcis

  • Tous des malfaiteurs ?

Vos yeux écarquillés intiment déjà l’ordre à votre cerveau de pointer le clic vers la fermeture de cette fenêtre et de quitter définitivement cette page qui vous vaudra à coup sûr d’être déféré au Parquet le plus proche si par malheur quelqu’un vous surprend à lire pareils infamies…  Pas de panique ! Vous venez simplement de lire une retranscription de ce que l’on trouve dans la Bible. Evidemment, toutes ces critiques ne s’adressent pas aux juifs d’aujourd’hui, mais à ceux d’un moment donné du passé, tout comme les citations du livre de P-E Blanrue.

Dès lors, on peut se demander si la LICRA, et toutes les associations communautaires se réclamant de la lutte contre l’antisémitisme, iront jusqu’au bout de leur logique en demandant à toutes les maisons d’édition qui publient la Bible de la retirer de la vente car « la mise au pilon de cet ouvrage constitue une mesure nécessaire, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui ».

Chiche ?

Et bien entendu, si tous les non-juifs de France s’organisaient en association, quelque chose comme la LICRAAG (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Anti Anti-Goysme), alors sans faire de sentiments et en s’appuyant simplement sur l’implacable réalité des écritures, cette association pourrait demander à interdire un livre pour incitation à la haine, à la violence et au meurtre : le Talmud… Mais tout cela fera l’objet d’un article complet à venir prochainement…

Vous trouverez ci-dessous les passages entiers de la Bible, dont vous avez eu la retranscription brute plus haut dans l’article, avec les références pour celles et ceux qui auraient la curiosité d’aller vérifier.

« Le Seigneur est un rocher protecteur. Il agit de manière parfaite, toutes ses décisions sont légitimes, toujours fidèles, jamais injustes, il est plein de droiture et de vérité. Mais vous, peuple mauvais et déraisonnable, vous avez offensé le Seigneur. Honte à vous ! Vous n’êtes plus ses enfants ! Peuple abruti, peuple insensé, peut-on se conduire ainsi envers lui ? N’est-il pas votre père, votre créateur, celui qui a fait de vous son peuple ? » (Deutéronome 32, 4-6)

« Quel malheur, nation coupable, peuple chargé de crimes, race de malfaiteurs, enfants vicieux que vous êtes ! Vous avez abandonné le Seigneur, vous avez dédaigné l’unique vrai Dieu, le Dieu d’Israël, vous lui avez tourné le dos. » (Esaïe 1, 4)

« Vous avez beau faire prière sur prière, je refuse d’écouter, car vos mains sont couvertes de sang. Nettoyez-vous, purifiez-vous, écartez de ma vue vos mauvaises actions, cessez de faire le mal. » (Esaïe 1, 15-16)

« Puis je dis : Écoutez donc, chefs de la maison de Jacob et commandants de la maison d’Israël ! N’est-ce pas à vous de connaître le droit, vous qui haïssez le bien et aimez le mal, qui leur arrachez la peau, et la chair de sur leurs os !

Écoutez donc ceci, chefs de la maison de Jacob et commandants de la maison d’Israël, vous qui exécrez la justice et qui tordez tout ce qui est droit, vous qui construisez Sion avec le sang et Jérusalem avec le crime !

Ses chefs jugent pour des présents, ses prêtres décident pour un salaire, ses prophètes vaticinent à prix d’argent. Et c’est sur Yahvé qu’ils s’appuient ! Ils disent : “Yahvé n’est-il pas au milieu de nous ? Le malheur ne tombera pas sur nous”. » (Livre de Michée, chapitre 3)

« Embouche la trompette ! Comme un aigle, le malheur fond sur la maison de Yahvé. Car ils ont transgressé mon alliance et ont été infidèles à ma Loi. » (Osée 8 ,1)

« Approchez ici, vous autres, enfants de sorcière, race adultère et prostituée ! De qui vous moquez-vous ? À qui faites-vous des grimaces et tirez la langue ? N’est-il pas vrai que vous êtes des enfants désobéissants, une race menteuse ? » (Esaïe 57, 3-4)

« Mon peuple est stupide, il m’ignore, dit le Seigneur d’Israël. Ce sont des enfants sans cervelle, ils ne comprennent rien. Ils ne sont experts que pour mal faire. Mais pour ce qui est de bien faire, ils n’y comprennent rien. » (Jérémie 4, 22)

« Ce sont tous des rebelles endurcis, des calomniateurs, durs comme le bronze ou le fer, ce sont tous des malfaiteurs. » (Jérémie 6, 28).

« Accusez Israël, votre mère, ne vous en privez pas, dit le Seigneur, car elle n’est plus ma femme et je ne suis plus son mari. Qu’elle ôte de son visage les marques de sa prostitution ! Qu’elle enlève d’entre ses seins les signes de son adultère. Sinon je la mettrai toutes nue, dans l’état où elle était au jour de sa naissance !… Je n’aime pas ses enfants : ce sont des enfants de prostituée, car leur mère s’est prostituée, celle qui les a mis au monde s’est conduite honteusement. » (Osée 2, 4-7)

« Que n’ai-je au désert une cabane de voyageurs ! J’abandonnerais mon peuple et m’en irais loin d’eux ; car ce sont tous des adultères, c’est une troupe de perfides. » (Jérémie 9, 2)

« Leur langue est un trait meurtrier qui profère le mensonge ; chacun a la paix dans la bouche avec son prochain, mais au-dedans il lui dresse des embûches.

Ne les punirais-je pas pour ces choses-là, dit l’Éternel ? Mon âme ne se vengerait-elle pas d’une telle nation ? » (Jérémie 9, 8)

« L’Éternel a dit: C’est parce qu’ils ont abandonné ma loi, que j’avais mise devant eux, et qu’ils n’ont pas écouté ma voix et ne l’ont pas suivie ;

Mais qu’ils ont suivi la dureté de leur cœur et les Baals, comme leurs pères. C’est pourquoi, ainsi a dit l’Éternel des armées, le Dieu d’Israël : Voici, je vais nourrir ce peuple d’absinthe, et je lui ferai boire des eaux empoisonnées.

Et je les disperserai parmi des nations qu’ils n’ont connues, ni eux ni leurs pères ; et j’enverrai après eux l’épée, jusqu’à ce que je les aie consumés. » (Jérémie 9, 13-16)

Article proposé par Joe la Quenelle

B – LA SUITE

Sur Égalité et Réconciliation :

Pour avoir publié une compilation d’extraits de l’Ancien Testament évoquant les juifs, l’humoriste Dieudonné et le caricaturiste Joe le Corbeau ont été auditionnés le 24 mars dernier par la police suite à une plainte de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).

L’article en question, publié en avril 2014, commentait le procès intenté aux éditions Kontre Kulture par la LICRA pour faire interdire l’Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme, le dictionnaire de citations de Paul-Éric Blanrue, et s’inquiétait de voir un jour la Bible elle-même interdite. Il proposait un florilège de citations de l’Ancien Testament sur les juifs (tirés du Deutéronome, des livres d’Ésaïe, de Michée, etc.), se demandant si la LICRA les ferait caviarder.

La Bible, qui contient l’Ancien et le Nouveau Testament, serait-elle donc un ouvrage antisémite pour la LICRA ? Si la question peut paraître absurde au premier abord, c’est un vieux serpent de mer qui court depuis vingt ans…

À titre d’exemple, la « Bible des communautés chrétiennes », l’une des nombreuses traductions annotées des textes saints, est largement caviardée depuis 1996 en raison d’une « connotation idéologique inacceptable » qui « défavorise le peuple d’Israël et présente le judaïsme comme repoussoir à l’Évangile et à l’Église ». À l’époque, cette censure avait été l’aboutissement d’actions en justice engagées par la LICRA, alors présidée par Pierre Aïdenbaum, contre la société Médiaspaul et la Société biblique internationale (Socicai), éditeurs de la Bible des communautés chrétiennes. Suite à un jugement en référé prononcé en avril 1995, deux phrases de cette édition annotée avaient d’abord été supprimées, puis, les éditeurs avaient finalement accepté la suppression définitive de dix neufs passages au total, mettant ainsi un terme aux actions judiciaires. Depuis novembre 1995, en France, la Bible des communautés chrétiennes est donc amputée de dix-neuf passages considérés comme « l’expression d’un antijudaïsme » par la LICRA.

*

Ma conclusion : on croit rêver !

* situés aux azimuts, juste en-dessous du Soleil, que dis-je : tous azimuts et bien au-delà !

Publicités

From → divers

Commentaires fermés