Skip to content

TOUTE HONTE BUE, ENCORE

21 mars 2015

Une loi vient tout juste d’être votée, et bien évidemment à l’unanimité vu sa teneur : elle prévoit de doubler de six mois à un an la durée d’indemnisation des élus en cas de défaite électorale.

Plus grave, le texte prévoit d’obliger une entreprise privée à réintégrer l’élu à la fin de son mandat dans les communes de 10 000 habitants et plus. Ceci bien évidemment dans un « louable souci d’égalité » entre le public et le privé, puisque dans le public, l’élu réintègre automatiquement son administration à la fin de son mandat (pour certains dans des postes d’ailleurs bidons, de permanents syndicaux par exemple). Alors même que dans d’autres pays tels l’Allemagne et le Royaume-Uni, les fonctionnaires élus (et les hauts fonctionnaires au Royaume-Uni dès le début des campagnes électorales) doivent démissionner.

Le rapporteur du texte, le sot sioniste, pardon le socialiste Doucet a expliqué sans vergogne qu’ « un maire battu aux élections n’a pas le droit à Pôle Emploi. Il s’agit que les élus n’aient pas moins de moyens que le reste de la population parce que ça peut freiner les ambitions de ceux qui voudraient s’engager », alors que les privilèges des élus sont nombreux, et leurs rémunérations généralement très avantageuses. Y compris dans les cumuls de retraite, et la constitution d’une retraite ; on n’est pas là avec quarante- deux ans de cotisations obligatoires ! Très avantageuses sauf dans les petites communes rurales où le maire continue bien souvent de travailler, mais cela dit pas toujours comme salarié.

Ambition, tu l’as dit bouffi ! Ambition évidemment dans le mauvais sens du terme. Celle qui n’a pas grand chose à voir avec « le bien public ». Et que connaît-il des moyens du «  reste de la population » comme il dit ? Des moyens d’un citoyen français moyen ? Et que connaît-il de l’engagement de tous les obscurs et les sans-grade des réelles bonnes causes et des vrais bénévoles ? J’exclus bien évidemment ici les fausses associations, les copains cultureux en particulier dont le non-talent emphatique et envahissant est subventionné par l’argent public.

Le pantin parlementaire nous explique encore que cette loi n’a pas pour seul objectif d’atténuer le choc des défaites électorales, mais surtout de diversifier le profil (sic) des élus, en facilitant l’engagement des salariés du secteur privé et des femmes notamment. Démagogie quand tu nous tiens. À propos de parité, existe-t-il une parité des métiers d’origine au Parlement : combien est-il exigé d’agriculteurs, de pêcheurs, d’ouvriers, d’employés, de petites gens en cette assemblée de pignoufs ? Oui, pignoufs, regardez les « débats » et le chaos, l’intolérance de tous bords, les cris et invectives, les vociférations récurrentes de cette assemblée de potaches ! On dirait une assemblée générale estudiantine soixante-huitarde ou post-soixante-huitarde.  Quand ils daignent se déplacer !

Hormis peut-être (je veux bien le croire) les « petits » élus salariés (maires ou adjoints de petites communes), du moins ceux qui sont indépendants des partis, toute cette maffia n’a jamais de peine pour retrouver un emploi (généralement bien lucratif). Le chômage et la misère n’existent pas chez eux, chez ces planqués et privilégiés du système. Pour la plupart ce sont des bourgeois grands ou petits, et pour un bon nombre des fonctionnaires, il suffit de regarder les professions des députés pour le voir tout de suite. Quant à tout là-haut (façon de parler ; à tout la haute) avez-vous déjà entendu parler d’anciens ministres chômeurs ? Ou d’élus condamnés pour malversation ruinés ? On connaît même tout un tas de condamnés (pour un temps) qui continuent à se pavaner et mieux… à être réélus. Que le peuple est mouton imbécile et par certains côtés mérite ses malheurs !

À qui fera-t-on croire que la plupart de ces blackboulés, qui nous expliquent doctement, sans rire et cyniques, qu’ils se font élire par simple esprit civique et responsable, seraient dans la gêne à aucun moment de leur vie ? Il n’y a pas de chômeurs dans les maffias, il y a même les faux emplois ou les doubles ou triples emplois, réels ou fictifs, n’est-ce pas Gélatine ? Et dire que nos impôts les financent en partie !

Il y a même des individus assez vicieux pour se marier sous le régime de la séparation des biens, ce qui leur permet bien des choses et même de passer pour des petits, quasiment des fauchés ; telle est la situation du présent  » premier sinistre » qui, comme chacun a pu le constater, à non seulement une tête de haineux mais de beau faux-jeton, de répugnante girouette.

Il y en a d’autres aussi vicieux, comme déjà dit d’autres fois, qui ne se marient pas, tels Gélatine et Bravitude, non pas par conviction mais uniquement par intérêt : pour pouvoir siéger tous les deux au Parlement. D’ailleurs, est ce bien moral de voir ces deux individus (même séparés) l’un potiche élyséenne et l’autre haut membre du gouvernement ? Ça me fait penser à certains états totalitaires.

Moi, j’ai une solution pour aider ces malheureux désintéressés qui ont fait profession de la politicaillerie et des magouilles politiciennes : le mandat à vie, et mieux encore le parti unique ! Et la suppression des élections et des campagnes électorales si coûteuses. Certains voudraient rendre le vote obligatoire, c’est une erreur ; comme le premier parti de France est déjà le Parti des Abstentionnistes, généralisons l’abstention à toute la population, dans un souci bien évident d’égalité républicaine… et d’économie.

D’ailleurs, ce mot de « mandat » m’indispose, il est totalement dévoyé puisque justement les élus ne respectent aucun mandat et font ce que bon leur semble. Le seul compte est une éventuelle sanction électorale alors même que le peuple devrait avoir son mot à dire sur plus d’un sujet important. Par référendum par exemple, comme en Suisse. L’élu se soucie comme d’une guigne des électeurs de base, mais par contre sait parfaitement ménager les susceptibilités des puissants (internationaux, nationaux, régionaux ou locaux) et entretenir ses réseaux de connivences, d’affidés et d’obligés, jusque dans les communes.

Pitres !

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.