Skip to content

LES PITRES, LES ÊTRES PITOYABLES

20 mars 2015

Article repris du Figaro du 19 courant :

Charlie Hebdo: les recettes divisent la rédaction [sic]

Onze salariés de Charlie Hebdo réclament à la direction un statut d' »actionnaires salariés à parts égales ». Le journal a recueilli près de 30 millions d’euros depuis l’attentat de janvier.

« Laurent Léger (journaliste de Charlie Hebdo) a annoncé mercredi en conférence de rédaction avoir créé un collectif pour ouvrir des négociations sur une répartition égalitaire du capital », a indiqué à l’AFP l’un des avocats du journal, représentant de la direction, qui n’a pas souhaité être nommé. [sic]

Dans un courriel dont l’AFP a obtenu une copie, Laurent Léger précise que ce collectif réunit onze collaborateurs, dont lui-même, l’urgentiste Patrick Pelloux et le dessinateur Luz. Ce collectif a engagé deux avocats, Antoine Comte et Stéphane Servant. [sic]

Charlie Hebdo est détenu actuellement à 40% par les parents de Charb, ayants droit de leur fils tué dans l’attaque du 7 janvier, 40% par le dessinateur Riss, nouveau directeur de la publication blessé à l’épaule [sic ! quel rapport?], et 20% par Eric Portheault, directeur général.

« Nous sommes très loin de la réflexion sur l’actionnariat », a commenté l’avocat du journal, expliquant que les dirigeants étaient « navrés » de cette initiative.

« Tout cet argent fait plus de mal que de bien. Cela fait penser à ces enterrements où on se bat déjà en revenant du cimetière pour les bijoux de la grand-mère », a regretté l’avocat.

« Pour le moment, on n’est pas associé aux choix. Il n’y a rien contre la direction actuelle, aucun conflit avec qui que ce soit, mais par rapport à ce qui s’est passé, les salariés veulent être davantage acteurs de l’entreprise », a déclaré Patrick Pelloux, à l’AFP.

Fin de citation.

*

Quelle triste et sordide pantalonnade!!! Honte à ces gauchistes !!! Ça pue la fiente. Certes ladite gauche (qui n’aimerait pas dit-on la finance, n’est-ce pas Gélatine Kippa ?!) s’est fait une spécialité, en tant que détentrice de la Vérité, de la Justice et de la Vertu, de jouer avec l’argent des autres, mais quand même… Ces fossoyeurs du vrai progrès social et du vrai progrès des mentalités. Quelle déjection immonde.

Et voilà que les salariés de Charlie (cette grande bande de copains) découvrent le capitalisme à leur porte, et l’exploitation dans leurs bureaux même ! Certes, ils veulent une partie du gâteau, on les comprend puisque ce sont des abrutis affublés d’une fausse cape de révolutionnaire. Eux, faire du social ou de l’utile culturellement parlant ?! Ils ne savent déjà pas réellement éveiller les consciences, et n’en ont aucunement envie, ou capacité d’ailleurs…

Dire qu’une bonne partie du pognon ne vient aucunement de leur talent (largement absent) mais de la bêtise humaine ou du sordide calcul politicien.

« Je suis Charlie », ah, ah !!!

J’espère que les naïfs et les « bonnes âmes » commencent à comprendre à qui ils ont affaire.

Ils ne nous épargnent rien dans le sordide.

Que dit le petit bougnat dans son paradis de crétin ?

P.S. Au fait, l’urgentiste ne serait-il pas mieux à urgenter qu’à s’affubler de ce titre au sein d’une feuille de chou spécialisée dans les mauvais « petits mickey » ou les ragots de bas-étage à la Canard (très bien) Enchaîné, lui aussi… pour mieux se taire sur l’essentiel ?

Au fait encore, quid de la valetaille ouvrière du torchon ?

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.