Skip to content

Élections départementales. L’espérance gros bleu, ça me tente pas ! Par Olivier Mathieu.

18 mars 2015

Une réclame électorale d’une politicienne, sur les affiches des élections départementales, parle d’une mystérieuse « espérance bleu marine ».

Et là, je me suis demandé : ventrebleu, palsembleu, corbleu, maugrebleu, parcorbleu, morbleu, parbleu, sacrebleu, tubleu, vertubleu, nom de bleu, qu’est-ce, au juste, qu’une espérance bleu marine ?…

Est-ce qu’une espérance aurait donc une couleur ? Qui en décide ? Pourquoi une espérance serait-elle bleu marine (et pas, par exemple, caca d’oie, vert pomme, bleu ciel, rouge sang ou rose bonbon) ?

On m’a renseigné : il s’agit des listes du FN, parti dont la présidente est prénommée Marine.

Donc, « l’espérance » serait « bleu marine » parce que la présidente s’appelle « Marine ». Intellectuel, non ?

Mais pourquoi associer « bleu » et « marin » ? C’est drôle, car on lit sur Wikipédia : « Cependant, la couleur bleu marine n’a qu’un rapport indirect avec celle de la mer par beau temps ».

C’est ici :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bleu

Bleu marine, bleu marin en français canadien et gros bleu en français cadien, ce sont évidemment des noms de couleur désignant une ou plusieurs nuances de bleu foncé, mais nettement moins en référence au bleu de la mer (parce que la mer a, par bonheur, des milliers de nuances) qu’en référence au bleu unique, normé et normalisateur, le bleu foncé porté par des marins de la Royal Navy depuis 1748.

Amusant et symbolique, du reste, que de se référer à un UNIFORME, une, deux ! une, deux ! marchons au pas ! et, en plus, un uniforme qui fut d’abord, chronologiquement, un uniforme américain ?…

La mer c’est la liberté. L’uniforme, non, c’est pas la liberté. Porter un uniforme, euh, c’est une espérance ? C’est pas la mienne, Mam’zelle !…

Moi, Mam’zelle, vous savez, je me suis fait réformer psychiatrique du service militaire… J’espère que pour ce crime il ne va pas falloir que je quitte la France, Mam’zelle, comme vous conseillez de le faire à ce pauvre Zlatan…

Je ne suis pas petit blanc et je ne suis pas gros bleu. En français, «gros» modifie souvent un nom de couleur pour indiquer une teinte foncée. Le gros bleu était également, autrefois, un vin de qualité médiocre, comme le gros rouge.

Moi, Mam’zelle, le gros bleu ça me tente pas…

Bleu marin, mais c’était en 1838, faisait ricaner «Le Figaro» : «Nous avons toutes les audaces en fait de modes, aujourd’hui nous portons le paletot couleur mastic demain le paletot bleu marin».

C’est ici :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k268949m/f3

Aujourd’hui aussi, en 2015, nous avons toutes les audaces en fait de modes, et la dernière est donc qu’un parti politique évoque une « espérance bleu marine ».

Si je comprends bien, si Mam‘zelle Le Pen s’était appelée Claire, l’espérance aurait été « bleu clair » ?

Si elle était née dans les DOM-TOM, l’espérance aurait été « bleu outremer » ?

Si elle était née en Prusse, il aurait fallu causer d’une « espérance bleu de Prusse » ?

Levi Strauss and Co. a créé le pantalon de travail « blue Jeans » en 1850, qui est depuis lors devenu l’uniforme de l’occidental moderne et « libre », une, deux ! une, deux ! et maintenant voilà Marine Le Pen qui crée l’espérance uniformisée «bleu marine»…?

Moi, vous savez, Mam’zelle j’ai jamais voté de ma vie (j’espère que ça ne va pas susciter votre ire, Mam’zelle, et que vous ne me souhaiterez pas de devoir quitter la France, comme vous l’enjoignez à ce pauvre Zlatan), bref moi je savais que dans la langue française la peur pouvait être bleue (une « peur bleue »), mais l’espérance je savais pas, Mam’zelle. Moi, mon espérance elle est pas bleue et en tout cas c’est pas celle que vous gagniez, Mam’zelle !

Moi, cette idée-là, ça me colle (comme on dit en anglais) le blues: oui, ça me fout des « blue devils » !

Au début d’Internet, tiens, je me souviens de « l’écran bleu de la mort » (BSOD : Blue Screen Of Death) qui s’affichait en cas de plantage lors d’une erreur système majeure…

Mam’zelle Le Pen a l’espérance bleu marine ? C’est son droit. Comme ce serait le droit à Madame Lacarte ou à Madame Bonnet d’avoir l’espérance blanche, carte blanche, blanc bonnet ! Comme ce serait le droit à Mam’zelle Lachatte d’avoir l’espérance grise puisque tous les chats sont gris! Hihihi ! Intellectuel non ?

Chacun son bleu, couleur dont personne n’a le monopole, Mam’zelle, que tu sois prénommée Fleur, Céleste ou Pervenche…

Olivier MATHIEU.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés