Skip to content

JE NE SUIS NI BARBERINI, NI BERNINI, MAIS JE SUIS UNE SORTE DE BARBARE PETIT-BLANC D’EUROPE

25 février 2015

On a les supporteurs que l’on mérite, n’est-ce pas les charlots…

J’apprends incidemment que pour recevoir l’équipe de balle-au-pied de l’A.S. Roma, les supporteurs de Feyenoord (Rotterdam) envisageaient de se munir du tricot suivant :

Je suppose que ce n’est pas vraiment dans un souci de mettre au pinacle le patrimoine culturel de la vieille Europe. En effet, ce linge est illustré par la reproduction de la célèbre fontaine La Barcaccia.

Cette Barcaccia, que l’on pourrait traduire par Barquette, ou mieux Barcasse (pris dans son sens péjoratif), est le nom de la fontaine qui se trouve au centre de la Piazza di Spagna de Rome. Celle-ci, de plus pur style baroque, fut édifiée à compter de 1629, suite à une commande du pape Urbain VIII, par Pietro et Gian Bernini, le père et le fils. Ornée à ses extrémités des soleils et des abeilles du blason des Barberini, la famille florentine du pape commanditaire, symboles fort païens. Son eau reçoit de nos jours encore, autre entorse païenne au catholicisme ambiant, des piécettes en offrande votive que les chenapans romains, je suppose, se chargent de subtiliser pour leur propre usage.

Il faut savoir enfin que cette sculpture est en forme de barque échouée qui prend l’eau. Il s’agit de l’évocation de la grande inondation de Rome de 1598, lorsque le pape de l’époque, Clément VIII, avait dû traverser la place totalement prise par l’eau du Tibre dans une barque, une mauvaise barque.

On me dit que des androïdes hollandais alcoolisés ont précédemment dévasté la Place d’Espagne causant même quelques dommages à cette fontaine vénérable. 

Je ne traduis pas le charabia d’apparence anglaise et je m’en tiens seulement au « slogan » initial : Je suis Foutain.

J’ai un peu de mal à comprendre le sens exact de l’allusion (une simple blague, énoncent les plus ambigus). Sa subtilité. Veut-elle dire : on vous attend pour vous briser. Ou bien : la barque romaine prend l’eau. Ou encore : on va vous réserver le sort fait à Charlie Hebdo (mais, c’est pour « de rire »). Car il me semble que le « je suis » est une allusion assez évidente au « je suis Charlie » mondialisé. Ou à l’inverse, n’est-ce pas une manière de dire que les petits-blancs du Noordland vont fiche la pâtée aux romains, ces méditerranéens, vous savez ces « demi-métèques » de l’Europe méridionale, des quasi musulmans maghrébins pour ces incultes.

J’y vois surtout que les charlots de Charlie ont de jolis supporteurs. À moins que, à moins que… mais j’en doute fortement, les voyous néerlandais n’aient voulu rendre un hommage à Justo. Je veux dire à Just Fontaine du grand OGC Nice et du grand Stade de Reims (en compagnie de Kopa et de Piantoni), de la Coupe du Monde suédoise (où il marqua treize buts, record jamais égalé en une seule coupe du monde), qui fut champion du Maroc, champion d’Afrique du Nord, champion de France plusieurs fois, etc. Et deux fois vainqueur du Trophée des champions en 1958 et 1960 avec Reims. Mais à la carrière malheureusement écourtée à cause d’une grave blessure.

*

Les treize buts de 1958 :

https://www.youtube.com/watch?v=svVA7JiHUFQ

Ou en version plus courte (incomplète) mais remise à neuf :

https://www.youtube.com/watch?v=74Z6ysO7GzQ

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.