Skip to content

REMARQUES, ENCORE.

18 février 2015

Il y aurait un ouvrage entier à écrire à propos de la folie ou de la prétendue folie des écrivains et des artistes, je veux parler des vrais artistes et vrais écrivains. La psychiatrie est, en règle générale, l’alliée du conformisme ambiant et a rarement remis en cause et encore moins révolutionné la société.

— Si ce n’est en créant elle-même de la démence là où existe, par exemple, de l’hyper-sensibilité, humanité, lucidité ou acuité existentielle ; ou de la déviance là où il n’est question que de simple bon sens partagé. Voir de nos jours la profusion des mots en "-phobe" du type "homophobe" ; j’attends l’arrivée de "genrophobe" ou "sionistophobe" pour bientôt.

— Si ce n’est en servant d’auxiliaire de police de la Pensée normée, ou d’agent d’entretien des mal-être, et pire encore de répresseur actif. Tous les dissidents et autres mal-pensants de toutes les contrées du monde en savent quelque chose. Ce n’est pas loin d’être le cas pour les révisionnistes des "démocraties" embastillés. L’autre jour, j’ai été effaré de lire qu’un médecin (certes patenté, certes gauchiste, certes Élu) d’une émission médicale télévisuelle bien connue, préconisait l’hôpital psychiatrique pour Dieudonné.

Il n’y a pas si longtemps, ou en d’autres lieux, il lui aurait sans doute imposé quelques séances d’électrochocs de pure barbarie. Comme quoi, dans tout esprit gauchiste sommeille le stalinien de l’épuration des âmes par la psychiatrie. Mais ce qui n’est sans doute pas si éloigné que ça de l’esprit étroit, en plus d’un domaine, de Rivarol (je parle de la gazette) qui prétend être, ma douéoù ! la doyenne de la presse française non-conformiste (sic). En l’occasion précédemment évoquée, la doyenne semble atteinte d’un certain gâtisme.

— On connaît même plusieurs "spécialistes en âme" qui de leur propre "névrose" (sic) ou "psychose" (idem) ou "mentalité tribale" (ibidem) ont fait des théories "scientifiques" psychologiques et psychiatriques de portée universelle, pour un temps seulement, heureusement, car rien jamais n’est éternel.

Si vous voulez des noms de pseudo-théories, en voici quelques-uns : morphopsychologie, lombrosianisme, freudisme.

Finalement, je me demande si le sort réservé aux fous ou prétendus tels n’était pas meilleur au Moyen-Âge (qui certes, ne fut pas une partie de plaisir) ou n’est pas meilleur dans ce qui reste encore des sociétés dites primitives ou rurales à l’écart dudit Progrès.

D’ailleurs, le plus fou n’est pas toujours celui qu’on croit. Pour s’en convaincre il suffit de voir le triste état du Monde et la déliquescence réellement dingue de notre personnel politique… ou journalistique.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés