Skip to content

QUI SONT CEUX QUI CLAMENT LE PLUS FORT : "JE SUIS CHARLIE" ?

9 février 2015

Par exemple :

Les beaux beaufs gauchistes sionistes de Libère à Sion, charliesques hystériques et actuels hébergeurs des crétins :

a

Les beaux beaufs socialistes sionistes du Nouvel Intervenant, charliesques à peine moins hystériques dans leurs articles latrinesques et quasi pousse à la guerre. Et je pourrais continuer avec le parti pris répugnant de l’ensemble ou presque des sous-gazettes subventionnées et, pour certaines, plus ou moins en faillite.

Et qui y a-t-il donc à voir, à regarder, à observer en Ukraine par le petit bout de leurs jumelles ?

b

Tête à claques ukrainienne nous montrant son swastika lors d’une manifestation des années passées « pour la démocratie » (sic). Du néo-nazisme à la sauce ukrainienne de l’ouest ukrainien ou de Kiev. Je précise que personne n’est propriétaire de ce symbole, ni d’aucun symbole d’ailleurs et que le svastika est un symbole multiséculaire, qu’il remonte au moins au néolithique et qu’il est ou a été de pratiquement toutes les civilisations, ou qu’il a été et est encore de l’art chrétien sur les sols de certaines églises ou cathédrales, en compagnie du labyrinthe, etc. Depuis des millénaires il règle en particulier la vie des asiatiques. Dextrogyre, il symbolise par exemple, l’Éternité pour les chinois. Sinistrogyre, il symbolise par exemple, la Nuit et Kali, la déesse de la Destruction, chez les hindouistes. En fait le dextre et le senestre vont de concert en ces contrées, comme le yang avec le yin. La connasse ne sait donc pas ce qu’elle tient en main. Les « antiracistes » professionnels et patentés que l’on sait, si prompts à voir un salut fasciste inversé dans la quenelle anti-système dieudonnienne, n’ont pas encore émis, à ce que j’en sais, la moindre réserve sur cette « croix gammée nazie inversée ». Swastika/svastika veut dire : « ce qui est bien », en traduction littérale : bien (su) est (asti) ce/cette chose (-ka). Et là, avec les bandits bandéristes, je crois que l’on est bien loin du compte ! Idéologie à la fois sinistre et de pacotille.

c

L’une des innombrables photographies de civils du Donbass assassinés par l’armée ukrainienne, des mercenaires américains ou autres, ou des miliciens néo-banderistes.

energodar1-1728x800_c-642x297

Le pantin des américains, l’ordure Porochenko y va au chantage : Il vient de déclarer à la Conférence de Munich : « Il n’y a pas de résolution temporaire du conflit. Il n’est pas question de le geler. Si l’Ukraine ne renforce pas son intégrité territoriale, alors la catastrophe humanitaire et technique, le terrorisme [sic] vont se poursuivre […] La catastrophe aura des dimensions mondiales, car c’est une des plus importantes usines atomiques d’Energodar, située à 280 km de Marioupol ».

Marioupol où le 24 janvier dernier, 30 civils ont été tués par la valetaille américano-sioniste dans des bombardements massifs de quartiers résidentiels.

Et ça serait Poutine le barbare, qu’on m’explique ?!

Enfin, qu’il se rassure, ce jour même le « ministre de la Guerre » « français » le socialiste de merde et franc-maçon Le Drian, cet autre connard de breton dégénéré, a déclaré aux media que des avions rafales se trouvaient sur une base « chez nos amis polonais » (sic) et que dans les mois qui viennent des blindés français allaient participer à des manœuvres en Pologne. Le même pantin s’indignait ces jours derniers que des avions russes soient venus pointer leur nez du côté des côtés françaises et britanniques.

Je rappelle que les socialistes ont été de toutes les guerres. Et pas des moins modérés. Des guerres coloniales anciennes aux guerres néo-coloniales présentes, en passant par la Guerre de Quatorze, la guerre du Riff, l’Indochine, l’Algérie, l’affaire du canal de Suez. Et j’en passe. Le socialisme est tout aussi pourri que le reste de la bourgeoisie.

e

Là, on est encore à plein dans le sujet :

Lettre ouverte à Dieudonné.

Un ami, Gerd Ittner, m’a confié le soin de traduire et envoyer cette lettre à Dieudonné. Je confie à votre administration le soin de lui en faire part. Voici la lettre :

Cher Monsieur Dieudonné,
J’ai demandé à un de mes amis Français de vous transmettre cette lettre et de la publier pour moi.
Je ne peux pas le faire moi-même car je suis prisonnier politique dans la République Fédérale d’Allemagne – juste à cause d’un discours totalement non-violent. Uniquement pour avoir usé de la liberté d’expression, je suis emprisonné depuis désormais trois ans. Quelle hypocrisie : d’une part ils scandent « Je suis Charlie » en louant la liberté d’expression la plus totale et en prétendant combattre le terrorisme ; et d’une autre part ils se font eux-mêmes terroristes contre la liberté d’expression ! En 2012, après m’être exilé sept ans dans différents pays, j’étais arrêté au Portugal et extradé en RFA pour avoir exprimé mes pensées [contre la guerre en Irak, dénonçant le gouvernement des États-Unis et le génocide amérindien]* en 2002 et 2003.
Évidemment, j’étais fautif car je n’ai pas usé de la bonne liberté d’expression, celle dans le seul but d’humilier les religions et de heurter plusieurs millions de personnes par des dessins du prophète Mohamed ; j’ai usé de la mauvaise liberté d’expression, celle qui concerne la critique des histoires d’Holocauste. Des histoires mises en œuvre par un très puissant et très influent lobby organisé, tenant un business et faisant pression sur les politiques et la Finance.
J’ai donc appris que la démocratie permettait de heurter les sensibilités religieuses de plusieurs millions de personnes à travers le monde mais ne permettait pas de déranger le business d’un certain groupe d’individus par des questions gênantes. Qui a besoin d’une « démocratie » comme celle-là, à part ces mêmes individus ? J’ai toujours cru que la démocratie défendait les intérêts du peuple, pas d’un petit mais très influent groupe d’hommes d’affaires et de maître chanteurs apatrides.
Ma peine s’est terminée en octobre 2014 mais je n’ai pas été libéré de prison. Je dois rester ici en attendant un autre procès pour « négation de crimes contre l’humanité » qu’ils ont ouvert contre moi. Je suis accusé d’avoir « nié l’Holocauste » dans des lettres privées, écrites lorsque j’étais en prison au Portugal alors que j’attendais mon extradition. Le sujet de mes lettres n’était pas d’aborder la question de « l’Holocauste » en détail, mais juste de demander pourquoi la liberté d’expression n’est pas effective pour cette période de l’Histoire.
Le procureur d’État a dit que poser cette question constituait en soi un délit car mes intentions étaient de nier « l’Holocauste ». La Cour a dit que je devais attendre mon procès en prison car j’allais encore y passer un long moment pour mon terrible crime.
Peut-être que vous et vos lecteurs pourriez demander à l’Ambassade d’Allemagne en France comment la RFA peut s’exclamer « Je suis Charlie » et louer la liberté d’expression, en intimant l’ordre de respecter cette liberté d’expression à la Chine et la Russie – pendant que des personnes comme moi sont enfermées en tant que prisonniers politiques, tels des grands criminels, juste à cause d’un discours non-violent.
Cher Monsieur Dieudonné, j’apprécie beaucoup vote travail et votre état d’esprit. Je vous assure de mon soutien et de ma sympathie.
Bien cordialement,

Gerhard Ittner
Prisonnier politique en RFA
JVA Nürnberg
Bärenschanzstr. 68
D-90429 Nürnberg

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.