Skip to content

Où il est question de Manuel Valls, et des lapidations ordonnées par Yahvé dans le Lévitique. — Par Olivier Mathieu

20 janvier 2015

Je lis dans le Monde juif ce qui suit : « En juin 2011, celui qui n’est pas encore ministre de l’Intérieur affiche publiquement son attachement à Israël lors d’une conférence-débat organisée par la radio locale Judaica Strasbourg. « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël », déclare-t-il ».

Voyez le site du Monde juif :

http://www.lemondejuif.info/2014/04/les-principales-declarations-de-manuel-valls-sur-la-communaute-juive-israel/

Lors de son récent discours à l’Assemblée nationale, Manuel Valls a déclaré que le délit de « blasphème n’est pas dans notre droit ».

Ce qui est d’ailleurs une erreur grossière, à moins qu’il ne faille en incriminer l’ignorance, car le blasphème est encore un délit dans certaines régions de France : il est bien présent dans le droit local d’Alsace-Moselle, où il est puni de trois ans de prison.

Voyez :

http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/quand-manuel-valls-oublie-le-delit-de-blaspheme-en-alsace-moselle-630503

Et puis, je lis dans le Lévitique (20, 16) l’histoire d’un simple homme (né d’une mère israélite et d’un père égyptien) et d’un « homme d’Israël » :

« 10 Un homme né d’une mère israélite et d’un père égyptien se trouvait dans un groupe d’Israélites, et il y eut une querelle dans le camp entre ce fils d’une Israélite et un homme d’Israël. 11 Le fils de la femme israélite blasphéma le Nom de Dieu, il le maudit. Sa mère s’appelait Salumit, elle était fille de Dabri de la tribu de Dan. On le conduisit à Moïse 12 et il fut placé sous bonne garde en attendant la décision de Yahvé ».

Que va-t-il arriver au fils de Salumit ? Inquiet, je poursuis ma lecture. C’est une lecture captivante. Voilà : tous les hommes qui l’ont entendu blasphémer « poseront les mains sur sa tête ».  Ensuite, toute l’assemblée (donc, y compris ceux qui ne l’ont pas entendu)… Lisez plutôt.

« 13 Yahvé dit à Moïse : 14 “Fais sortir du camp l’homme qui a blasphémé. Tous ceux qui l’ont entendu poseront leurs mains sur sa tête et ensuite toute l’assemblée le lapidera. 15 Tu diras alors aux enfants d’Israël : Tout homme qui maudit son Dieu portera le poids de son péché. 16 Celui qui blasphémera le Nom de Yahvé sera puni de mort : toute la communauté le lapidera. Etranger ou né dans le pays, celui qui blasphème le Nom sacré mourra ».

Disons que ça a le mérite de la clarté…

Et cela montre aussi que le blasphème est tout autant interdit par le judaïsme que par l’Islam.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés