Skip to content

UN QUARTERON DE REBELLES À LA RETRAITE

17 janvier 2015

Festival des Connes* de 2008. À Cannes-la-Braguette**. Haut lieu de la contestation. Quelle horreur !

En présentation du documentaire inoubliable : « C’est dur d’être aimé par des cons ».

Grande œuvre cinématographique d’un certain Leconte, consacrée à l’approche des grands artistes ci-dessous, à l’époque du procès qui opposa à la feuille charlienne, la Grande Mosquée de Paris, l’Union des Organisations Islamiques de France et la Ligue Islamique Mondiale, suite à la publication de deux des caricatures de Mahomet du journal (extrême-droitiste, dit-on) Jyllands-Posten, et de la une dessinée par Cabu représentant « Mahomet débordé par les intégristes » déclarant que « c’est dur d’être aimé par des cons ».

Le procès qui s’est tenu au Tribunal de grande instance de Paris les 7 et 8 février 2008, a abouti à la relaxe, requise par le procureur de la République, prononcée le 22 mars. Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) se déclara cependant satisfait, à la lecture des attendus du jugement.

La société éditrice de Charlie Hebdo, les Éditions rotatives, à reçu en dédommagement (pertes de ventes ?) 968. 501 euros(!!!). Sur cette somme, 85 % ont été reversés aux actionnaires; soit à l’époque : Philippe Val et + Cabu qui ont touché 330.000 euros, + Bernard Maris 110.000 euros et Éric Portheault, responsable financier, 55.000 euros.

Comme quoi l’anti-islamisme peut rapporter gros. Mais c’est quitte ou double. Ils ont eu visiblement les yeux plus grands que le ventre. Et tort de doubler, tripler, etc. la mise au Cannesino, si je puis dire. L’année suivante, Siné était viré comme un malpropre de la feuille mondialiste, par Val l’ami de Botul (« Val mon ami » l’ai-je entendu éructer) pour « antisémitisme » comme l’on sait.

 000_par8067344

De gauche (sic) à droite : + Jean Calbute, « ânarchiste », + Jojo Volenski, stalinien mondain et égrillard défroqué, +2014 François Cavànanas, « ânarchiste » également (qui fonda Hara-Kiri avec l’ancien d’Indochine + Georges Bernier dit Professeur Choron), + Nanard Verlhac dit Tignous, le teigneux et « irréductible révolté » (dixit Paris Machte, comme dirait l’autre).

« C’est dangereux d’être détesté par des cons » donnait en sentence le 7 janvier dernier l’inrockuptible (sic) Serge Kaganski***.

Et bien moi, je dirai : C’est triste de mourir vieux cons ! Et pire, vieux cons adulés de tant d’imbéciles heureux.

Beurk !!!

***

* Merci à Desproges.

** Merci à Ferré.

*** Juif ashkénaze et néanmoins « athée » du petit milieu du cinéma, admirateur de l’Empire, mais pourtant pas copain avec Jean-Paul Adam Mokiejewski, dit Mocky qui lui reproche de ne pas gagner un rond avec le cinéma, alors que lui… si. Ce qui n’est pas toujours vrai, car plus d’un de ses films ont faits des bides retentissants. Mocky, type assez peu reluisant qui se fait une gloire d’avoir dix-sept gamins « perdus dans la nature ». C’est ce même Kaganski qui a écrit :  » ne chipotons pas entre les monothéismes, encore que les juifs ont au moins la lucidité de se rendre compte que le messie n’est pas encore descendu sur terre ». C’est pourquoi j’ajoute, ils sont si terre-à-terre… et ont en même temps ce goût si prononcé de nous faire du cinéma.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés