Skip to content

NOTE EXPLICATIVE, SI L’ON VEUT

15 janvier 2015

Ne pouvant assumer, bien évidemment, tout le flot d’informations, j’essaye de m’en tenir avec mes si modestes moyens* à rapporter l’événement des "balles tragiques" — dont on parlera encore malheureusement dans dix ou vingt ans (je dis "malheureusement" car on en dira des conneries, comme après le Onze Septembre, et on en fera des saloperies au nom d’une prétendue "défense de la liberté d’expression") — à une analyse plus globale de la situation et de la société. De son idéologie morale (ou plus exactement amorale ou immorale, comme on veut), politique (ou plus exactement terroriste), sociale (ou plus exactement antisociale), culturelle (ou plus exactement décadente) dominante ; de sa propagande.

Sans oublier mon soutien "indéfectible" (comme dit le crétin bien connu), mais malheureusement riquiqui, à tous les vrais dominés et vrais "dans le malheur", et à tous les vrais contestataires de ce triste Monde.

Tant que l’actualité reste chaude je mets de côté mes bouquins divers en chantier, ou autres genre d’articles. Mais je sens que ce qui vient d’arriver n’a vraiment pas fini d’alimenter les commentaires, analyses, réflexions (ou pseudo-réflexions) au même titre que le Onze Septembre qui, comme toute personne qui au-delà de l’émotion et qui essaye de penser en est assuré, fut le fruit de la sinistre besogne de services secrets (et j’en vois au moins deux).

Je ne saurai ("ai", j’en suis assuré) en faire une fin en soi.

* Merci à Olivier Mathieu pour ses contributions. Et merci à une autre personne, qui se reconnaîtra, et qui m’aiguille vers des informations précieuses que, sans elle, j’aurai ignorées.

Publicités

From → divers

Les commentaires sont fermés.